Les fortes mesures prises par le Ministre de la Justice Maître Malick Sall pour freiner la propagation du Coronavirus

Depuis quelques semaines, la courbe de contamination à la Covid19 est en hausse. Pour freiner la propagation inquiétante de la pandémie, le gouvernement a pris des mesures. Dakar et Thiès sont sous couvre-feu. Le télétravail appliqué dans certains services. 


Le Président de la République, Macky Sall, a instruit les membres du gouvernement de s’impliquer activement dans la stratégie nationale de lutte contre la pandémie en édictant des mesures sectorielles adaptées.

Dans cette logique, le ministre de la justice et garde des sceaux, Maître Malick Sall a invité les membres de son département à mettre en place un dispositif restrictif dans les juridictions.

«Je voudrais inviter à mettre en place dans vos juridictions respectives un dispositif qui réponde aux préoccupations du moment», a adressé le ministre dans une note rendue publique.
Celle-ci préconise “la restriction des entrées dans les locaux des cours et tribunaux en autorisant l’accès uniquement aux personnes pour lesquelles la présence en ces lieux est justifiée, la limitation du nombre de personnes dans les salles d’audience où ne devraient être admis que les justiciables concernés par les affaires enrôlées, tout en veillant au respect de la distanciation physique, le lavage des mains à l’eau et au savon ou l’utilisation de gel hydro-alcoolique, le port obligatoire du masque dans l’enceinte des juridictions, mais aussi la désinfection régulière des juridictions, prioritairement des salles d’audience, la délocalisation, suivant des modalités à définir, des audiences du Tribunal de commerce hors classe de Dakar et des audiences correctionnelles du Tribunal de Grande instance de Pikine-Guédiawaye au Palais de Justice de Dakar », rapporte le document.

Aussi, le ministre Garde des sceaux, Maître Malick Sall invite les chefs de parquet à une réorganisation des conditions de défèrement. « En outre, je voudrais rappeler aux chefs de parquet qu’une réorganisation des conditions de défèrement s’avère nécessaire afin d’éviter l’encombrement des salles de sûreté. Par ailleurs, dans le cadre des procédures de flagrant délit, la délivrance des mandats de dépôt doit se faire avec parcimonie pour maintenir la population carcérale dans des proportions raisonnables. En effet, la décision du placement sous mandat de dépôt ne doit être prise que si les circonstances de l’espèce en révèlent la nécessité. Enfin, dans un souci d’obtenir une efficacité optimale des mesures ci-dessus édictées, celles-ci doivent être exécutées en tenant compte des spécificités de chaque juridiction », lit-on dans le même document.

 10 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.