Le sermon du Khalife des mourides Serigne Mountakha Mbacké à la classe politique Sénégalaise

Touba se prononce sur les tensions entre le pouvoir et l’opposition. Le Khalife des mourides Serigne Mountakha Mbacké sermone la classe politique Sénégalaise : «On n’accède pas au pouvoir par des armes ou des pierres».Le sermon du Khalife des mourides Serigne Mountakha Mbacké à la classe politique Sénégalaise

Par le biais de Serigne Bassirou Mbacké Prokhane, le Khalife rappelle la difficulté de diriger un pays. «Quand on est à la tête d’un pays, on doit pardonner. J’ai bon espoir que le président de la République (Macky Sall) va écouter le khalife des Mourides dans cette médiation pour un retour définitif de la paix au Sénégal et dans le champ politique en particulier», espère-t-il. Pour le religieux, ce qui s’est passé au Sénégal allait dégénérer si c’était dans d’autres pays. «Serigne Mountakha va parler avec Macky Sall. S’il est favorable, on le dira. Si ce n’est pas le cas, on avisera aussi», souligne-t-il aux côtés de Mamadou Diop Decroix, Moctar Sourang, Aïda Mbodj, entre autres personnalités de l’opposition.


Le Front de résistance nationale, qui a reçu hier l’envoyé de Serigne Mountakha Mbacké, ne voulait pas rater une si belle occasion de mettre la pression sur Macky Sall en soumettant à Touba sa plateforme revendicative. L’émis­saire du khalife général des Mourides, qui a remis les 50 millions de F Cfa de soutien aux victimes des violences, dit avoir pris bonne note des 10 points de revendication lus par Abdoul Mbaye.

Le Khalife des mourides invite les hommes politiques à faire la paix au profit du pays. «Il faut deux personnes pour se battre. Je demande à tous les deux camps d’enterrer la hache de guerre», a dit l’hôte de l’opposition. Sans le citer, il interpelle le président de la République pour la paix dans le champ politique. «Chacun a le droit de défendre sa vision. Les électeurs sont là pour élire. Si les élections sont organisées, les candidats iront recueillir les suffrages des électeurs. Que chacun vote pour qui il veut ! On n’accède pas au pouvoir par des armes ou des pierres», a déclaré l’envoyé du khalife général des Mourides. Selon lui, «l’Etat a l’obligation d’organiser des élections libres et transparentes, et que le meilleur gagne».

 2,924 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.