Le Réseau pour la Concertation et la Revalorisation de la Petite Enfance pour une meilleure prise en charge des mômes

Le Réseau pour la Concertation et la Revalorisation de la Petite Enfance (RECREPE) est mis sur pied pour favoriser la formation autour des métiers de garde de l’enfant. Cela fait suite aux séries de morts d’enfants, particulièrement des bébés dans certaines structures dédiées à la petite enfance.  

Le Réseau pour la Concertation et la Revalorisation de la Petite Enfance est mis en place pour sauver des vies à travers la sensibilisation afin de combattre contre la négligence. 
La mort suspecte, en décembre dernier, du Bébé de 9 mois à la crèche la Cigogne Bleue, sise à Sacré cœur 3 et l’incendie survenue le samedi dernier à l’Hôpital Maguette Lo de Linguère occasionnant la mort de 4 nouveaux nés ont été les faits déclencheurs de la question autour de la garde des enfants et plus particulièrement des tout petits. Pour que pareilles circonstances ne se reproduisent, des femmes et et des hommes ont mis en place une organisation dénommée Réseau pour la Concertation et la Revalorisation de la Petite Enfance (RECREPE) qui regroupe des organisations, des bénévoles, entre autres.
Maty Mbaye, coordonnatrice du réseau, capitalisant une expérience aux États-Unis sur la garde des tout petits, et devenue une formatrice dans ce domaine. Elle estime « qu’on n’ouvre pas une crèche parce qu’on a la passion des enfants ou parce qu’on a ds moyens matériels pour le faire ». Selon elle, les métiers autour de la garde des enfants requièrent l’harmonisation, la vulgarisation et la proposition de mécanismes adaptés, structurés et opérationnels. Pour cela, soutient-elle, il faut mettre en place un curriculum dédié, des stratégies de contrôle et de supervision, de démultiplication et de pérennisation dans la prise en charge holistique de l’enfant.

C’est ainsi que le RECREPE s’est fixé comme objectif de faciliter la mise en œuvre du renforcement des capacités du personnel de prise en charge directe des enfants et du personnel de contrôle et de supervision.


D’ailleurs, tous ces points ont été mis dans une pétition qui, à en croire Magor Dia, père du bébé de 9 mois décédé à la Cigogne Bleue, a enregistré à l’heure actuelle 3405 signataires. Pour le père de « Bébé Dia », ce qui s’est passé à la Cigogne Bleue, comme le drame survenu à Linguère, aucun des cas ne doit être toléré. 

Soulignant qu’il est difficile de perdre un enfant, Magor Dia dit attendre de la justice sénégalaise toute la lumière autour de la disparition de son enfant. Par ailleurs, une marche silencieuse en hommage à « bébé Dia » sera organisée dans les prochains jours, a annoncé Maty Mbaye.
En attendant, le RECREPE attend du gouvernement, la mise en place des mécanismes de gestion, de contrôle et de supervision pour le respect d’un cahier de charge par toutes les crèches et établissements affiliés afin d’assurer la sécurité des enfants.


    ♦  Abou Kane Dia  –  laviesenegalaise.com

 952 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.