Le haut conseil des collectivités Territoriales donne sa raison d’être

Sous le feu des critiques, le haut conseil des collectivités Territoriales (hcct) dont la suppression est préconisée par l’opposition a tenu un point de presse hier pour démonter pièce par pièce la «mauvaise publicité» dont il fait l’objet.
«Des déclarations erronées» et «des jugements hâtifs». C’est la cinglante réplique que Pape Maël Thiam a servie à l’opposition qui juge le Hcct budgétivore et inutile dans le schéma institutionnel du pays. Le premier vice-président animait hier un point de presse dans les locaux du Hcct.
A la place de la présidente du Hcct, Aminata Mbengue Ndiaye, c’est le premier vice-président, Pape Mael Thiam, entouré de ses collègues, qui est monté au front pour écarter les critiques acerbes dont fait l’objet l’institution depuis un certain temps.
De prime abord, Pape Maël Thiam a convoqué l’histoire politique récente du pays pour soutenir que la création du Hcct était une recommandation des Assises nationales dont fut signataire la majorité des acteurs qui le fustigent aujourd’hui. «La configuration politique de cette assemblée consultative comporte les représentants des coalitions qui ont décidé de boycotter le prochain scrutin. On y retrouve une dizaine de Hauts conseillers de Taxawu Dakar, du Pds, de l’Ucs, et d’autres coalitions qui avaient gagné les départements de Dakar, Bignona. Oussouye, Ziguinchor et de Bounkiling face à Benno Bokk Yaakaar», souligne le premier vice-président du Hcct.

Le HCCT tire son bilan en 5 ans 

Faisant le bilan de l’institution, Pape Maël Thiam et ses collègues soutiennent qu’en cinq (5) ans, le Hcct a élaboré de nombreux avis et recommandations, des contributions et des études sur des thématiques aussi variées. «Ainsi 05 rapports dont 04 annuels et un quinquennal, 04 contributions, 06 études et 26 avis répartis en 548 recommandations motivées ont été élaborés et mis à la disposition du président de la République et du gouvernement à partir de l’audition de 145 structures et personnalités (élus territoriaux, directeurs nationaux et généraux, ministres de la République, hauts cadres, Ong, organisations de la société civile et des partenaires techniques et financiers, etc.) dont certains nous ont laissé en souvenir des motions de félicitations pour la qualité des échanges avec l’institution», se vantent les Hauts conseillers qui ajoutent : «Ces Avis, Contributions, Recommandations et Études formulés par le Hcct ont permis au président de la République et à son gouvernement de lancer des réformes, par exemple sur la mise en place de la fonction publique locale, du Programme d’Appui aux Communes et Agglomérations du Sénégal (Pacasen) rural qui a bénéficié à plus de 450 collectivités territoriales, l’amélioration du statut du chef de village. Ils ont permis de faire des propositions de réactualisation de certains textes législatifs et réglementaires dans certains secteurs et d’apaiser le climat social.
En plus, l’élection des maires au suffrage universel direct a bénéficié d’un plaidoyer du Hcct qui a aussi fortement contribué à l’élaboration du plan national d’aménagement du territoire». Mieux, poursuivent-ils, les travaux du Hcct ont permis de mettre en place les bureaux d’appui, d’orientation et de suivi (BAOS) des migrants dans les régions.
Abou Sy

Nombre de Vues | 1,110 Fois |

Source L'AS
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.