Le Discours du Ministre Amadou Ba lors de la Revue Annuelle des politiques, programmes et projets de l’UEMOA

Le Ministre de l’économie des finances et du Plan, Monsieur amadou Ba a présidé ce vendredi la Revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets de l’UEMOA. A cette occasion, le Sénégal avait comme invité, Monsieur Abdallah BOUREIMA, Président de la Commission de l’UEMOA, accompagné d’une forte délégation.

Voici l’intégralité du Discours du Ministre Amadou Ba

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Monsieur le Président de la Commission de l’UEMOA,

Messieurs les Commissaires de l’UEMOA,

Monsieur le Représentant résident de la Commission,

Mesdames, Messieurs, Chers Invités,

C’est avec un réel plaisir que nous accueillons, ce matin, Monsieur Abdallah BOUREIMA, Président de la Commission de l’UEMOA, et l’ensemble de sa délégation, dans le cadre du volet politique de la Revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets de l’UEMOA.

Permettez-moi, au nom de Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République, de Monsieur Mahammed Boun Abdallah DIONNE, Premier Ministre, de l’ensemble des membres du Gouvernement et en mon nom propre, de vous souhaiter la bienvenue et un excellent séjour dans notre pays qui est aussi le vôtre.

Mesdames et Messieurs,

L’institution d’une revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets traduit la volonté des plus Hautes Autorités de l’UEMOA, d’accélérer le rythme d’internalisation des actes communautaires et de mise en œuvre des programmes et projets.

La revue est, en effet, un processus d’évaluation qui a été décidé en 2013 par les Chefs d’État et de Gouvernement de l’UEMOA à travers l’adoption de l’Acte additionnel n°05/2013 du 24 octobre 2013. Elle vise à donner l’impulsion politique nécessaire pour accélérer le rythme de mise en œuvre, par les États membres, des réformes et des programmes communautaires.

L’institution de la revue s’inscrit, bien encore, dans une perspective d’amélioration de la gouvernance économique et politique de l’Union, afin de favoriser son attractivité pour les investisseurs.

Mesdames et Messieurs,

L’importance de la revue tient au fait qu’elle intègre dans son approche la nécessité de procéder à un suivi rapproché des recommandations spécifiques formulées à l’endroit des autorités ministérielles, pour favoriser l’application immédiate des réformes et programmes de l’UEMOA en relation avec leur département.

A cet effet, il est très édifiant de noter que le taux de transposition des directives au niveau communautaire est passé de 57% à 66% entre 2014 et 2015, et que celui d’application des réformes est passé, sur la même période, de 49% à 63%.

Ces évolutions favorables mettent clairement en évidence l’apparition d’un nouvel élan, c’est-à-dire une nouvelle dynamique, qui insuffle une tendance positive dans le rythme de mise en œuvre des réformes.

Mesdames, Messieurs

Durant trois jours, du 23 au 25 octobre 2017, les experts du Comité technique d’évaluation de la Commission de l’UEMOA et ceux des services et structures des différents départements ministériels du Sénégal, se sont retrouvés au Grand Théâtre national de Dakar.

A cette occasion, ils ont dressé une évaluation de l’état de mise en œuvre des réformes, des politiques, des programmes et des projets de l’UEMOA par notre pays. Les résultats de ces travaux sont consignés dans le projet de mémorandum de la revue au titre de l’édition 2017 que nous aurons le privilège d’examiner ensemble, aujourd’hui, pour l’amender. En effet, faudrait-il le préciser, la cérémonie qui nous réunit en cette matinée, constitue la suite politique du volet technique dont je viens de parler. Elle est importante à plus d’un titre, car :

  • elle permet, dans un premier temps, de valider ensemble le mémorandum établi par la Commission et nos services techniques. Ce document sera ensuite présenté au Premier ministre à l’occasion d’une audience au cours de laquelle nous aurons le Président de la Commission de l’UEMOA et moi-même, l’occasion de lui restituer les principales conclusions de la revue ;
  • elle permet, ensuite, de mesurer le chemin parcouru depuis la précédente revue de 2015 ;
  • elle permet, enfin, de situer de façon précise les difficultés et les lenteurs rencontrées par les services ministériels dans l’exécution de leurs diligences.

Dans ce cadre, je voudrais saluer les efforts louables qui ont été entrepris jusque là. En effet, il est noté que de nouvelles directives ont été transposées, et des Règlements et Décisions appliqués.

C’est ainsi qu’un taux de mise en œuvre de 71% des réformes est calculé pour notre pays, dans le cadre de l’évaluation technique, sur la base de la nouvelle méthodologie de revue. Par contre, on note encore quelques lenteurs à certains niveaux qui méritent d’être soulignées.

Mesdames, Messieurs

Je voudrais donc, ici, au nom de mes collègues et en mon nom propre, réitérer notre engagement à œuvrer ensemble pour impulser la cadence dans la mise en œuvre des réformes communautaires, et notamment pour la transposition des directives. Cet engagement est le même que celui de Monsieur le Premier Ministre qui a donné, dans ce sens, des instructions aux Départements ministériels concernés par les réformes et projets de l’UEMOA.

Monsieur le Président,

Je ne saurais terminer mon propos sans magnifier l’excellent travail que vous réalisez à la tête de notre organisation sous-régionale pour approfondir le processus d’intégration régionale au grand bénéfice des populations de notre espace communautaire.

Mesdames et Messieurs,

 

Je vous remercie pour votre très aimable attention.

 3 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.