Le directeur de l’état civil, Aliou Ousmane Sall sur les chantiers de la Modernisation de l’état civil du Sénégal

Dans le cadre du projet déjà en œuvre de la Modernisation de l’état civil Sénégalais, le Directeur Aliou Ousmane Sall était hier, mardi à Kaolack dans le centre. Il a remis au gouverneur de Kaolack Alioune Badara Mbengue, dix motos destinées aux communes de Kaolack, Fatick et Kaffrine.

« Ces moyens de locomotion distribués dans le cadre du plan +nekkal+ vont permettre de faciliter la notification des faits d’état civil aux officiers d’état civil par les chefs de village, les délégués de quartier et les centres de santé », a expliqué le directeur de l’état civil, Aliou Ousmane Sall.Aliou Ousmane Sall - directeur de l'état civil sur les chantiers de Modernisation de l'état civil du Sénégal

L’acquisition de ces dix motos est le fruit d’un partenariat avec l’Agence belge de développement (ENABEL). Elle s’inscrit en effet dans le cadre du programme « nekkal », né de la volonté des pouvoirs publics d’assurer la modernisation de l’état civil.

« Ce programme est piloté par le ministère des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires et est mis en œuvre par l’Agence belge de développement (ENABEL) et la société Civipol », a précisé Aliou Ousmane Sall.

Il a expliqué que ces motos ont été mises à la disposition des maires, pour « leur permettre de collecter les informations en temps réel », afin d’avoir une « traçabilité » du système d’état civil et des « informations fiables et sécurisées ».

« Nous allons vers la numérisation des registres, l’indexation et la mise en place d’une solution d’application de base au-delà des constructions que nous faisons », a-t-il poursuivi.

Il a annoncé que 3.000 agents officiers et archivistes du Sénégal seront bientôt formés, pour permettre de disposer de personnels de qualité et mener à bien le métier d’état civil.

« Trente-quatre communes pilotes sont actuellement bénéficiaires de ces motos, mais, à terme, nous avons 200 motos à distribuer », a-t-il souligné.

« C’est un acte fort qui vient d’être posé. Il s’agit de donner des motos aux chefs de village et délégués de quartier en passant par les maires pour pouvoir faire le tour et ramasser tous ces carnets de quartier, pour les remonter au centre d’état civil pour pouvoir les transcrire et les transformer en actes juridiques », a pour sa part expliqué le gouverneur de Kaolack.

Alioune Badara Mbengue a appelé les parents à faire encore des efforts pour déclarer leurs enfants à la naissance.

Avec APS

Nombre de Vues | 664 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.