L’affaire des gazelles Oryx de la Réserve de Katané impliquant le Ministre Abdou Karim Sall est loin de connaître son épilogue

Tous s’indignent et l’affaire est loin de connaître son épilogue, des spécialistes se prononcent. Le Ministre Abdou Karim Sall indexé et visé. Il se défend, réfute tout conflit d’intérêt. 

L’affaire des 6 gazelles Oryx, dont 2 sont mortes lors de leur transfert à la réserve privée du ministre de l’Environnement, se joue sur le terrain judiciaire, informent L’Observateur et L’As dans leur parution de ce jeudi.

La Déclaration universelle des Droits de l’humanité a annoncé une plainte contre le gouvernement du Sénégal et les mises en causes devant les instances nationales et internationales de la protection de la faune sauvage.

Les écologistes réclament l’ouverture d’une enquête en vue de faire la lumière sur cette affaire et connaître le degré d’implication des personnes mises en cause.

Ces dernières risquent, selon l’article L30 du code qui réglemente la chasse au Sénégal et la capture illégale, une amende de 240 000 à 2 400 000 Fcfa et un emprisonnement d’un à cinq ans, avec la peine d’emprisonnement obligatoire si la capture illégale a eu lieu dans une réserve de faune, comme c’est le cas présentement avec l’affaire des gazelles Oryx.

C’est un acte de braconnage…”

C’est une pluie de critiques qui s’abat sur le ministre de l’Environnement Abdou Karim Sall, depuis l’annonce de la mort de 2 des 6 gazelles Oryx qu’il avait transférées de la Réserve du Ferlo au profit de sa ferme privée à Bambilor. L’affaire fait débat et suscite de vives réactions de la part des spécialistes des parcs nationaux. Selon eux, ces animaux sont intégralement protégés.

“L’animal qu’on appelle l’Oryx gazelle est un animal intégralement protégé. Ces animaux sont soumis à la convention de Washington et cette convention oblige les Etats à protéger ces animaux. Même les cornes, les peaux et autres venant de ces animaux sont interdits de vente ou de circulation. Il me semble que c’est au cours du transfert que deux des animaux ont trouvé la mort et cela est dû au fait que très probablement, il y a eu imprudence, inobservation des règles. Un animal sauvage, quand on le transfère, il faut absolument maîtriser le stress parce qu’ils sont souvent victimes de stress”, a fait savoir le colonel Momar Guèye, spécialiste de la faune et ancien conservateur des parcs nationaux, intervenu sur Rfm.

Ibrahima Mbow lui, considère cette affaire comme un braconnage. Pour le brigadier, chef des parcs nationaux à la retraite, les Oryx gazelles non seulement bénéficient d’une protection intégrale mais ils ne doivent même pas faire le déplacement d’un lieu à un autre.

“Transférer un animal à un lieu privé, c’est un acte de braconnage. Nous avons passé toute notre jeunesse à protéger ces parcs, nous avons versé notre sang, On a radié certains parmi nous alors qu’ils ont uniquement tué un petit francolin”, dit-il.

L’ancien chef des parcs nationaux demande au Chef de l’Etat de réagir dans les plus bref délais pour sauver les parcs nationaux.

Par ailleurs, le Directeur des Parcs nationaux, colonel Boucar Ndiaye, revient, dans un entretien avec le journal L’Observateur, sur les circonstances de la mort des 2 gazelles Oryx lors de leur transport dans la réserve privée du ministre de l’Environnement, Abdou Karim Sall.

“Les six gazelles étaient toutes en vie à leur arrivée. C’est en leur faisant descendre du véhicule que nous avons constaté que deux d’entre elles étaient blessées, l’une avait une fracture. Ce sont des animaux sauvages qui ne sont pas trop habitués aux contacts humains, mais il fallait les soigner. Cela a dû leur causer du stress et c’est par la suite qu’elles sont mortes”, a-t-il déclaré.

enclos réserve de katane

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.