La société civile sénégalaise se lance dans la course aux élections locales

La société civile sénégalaise se lance aussi dans la course aux élections locales municipales et départementales du 23 janvier 2022. Plusieurs personnalités se sont réunies au sein de la nouvelle coalition de l’opposition Jàmmi gox yi (« La paix des territoires »), lancée vendredi 29 octobre au soir. Parmi eux, Fadel Barro, un des cofondateurs du mouvement Y’en a marre, Rose Wardini, qui travaille dans le social, ou Olivier Boucal, inspecteur du Trésor.

Pour l’instant, la coalition Jàmmi gox yi compte une quinzaine de candidats. Ils ont prévu d’être une trentaine sur tout le territoire pour les prochaines élections locales de janvier 2022. Fadel Barro, l’un des membres de la coalition, explique vouloir revenir au débat local et sortir du clivage entre les grands partis nationaux de l’opposition et du pouvoir.

« La grande majorité des membres n’ont jamais été dans les partis politiques, mais la question de la pauvreté et du développement se règlera au niveau du terroir », martèle le militant Fadel Barro.

L’idée est de donner l’opportunité aux acteurs de la société civile de se présenter, sans s’allier à des partis politiques classiques. Un système de solidarité a donc permis de payer la caution.

La coalition a prévu d’être présente à la fois dans les petites communes comme dans les grandes villes telles que Louga, Kaolack ou Thiès. Mais pour le moment, personne ne se portera candidat à Dakar. Les investitures doivent être précisées avant le 4 novembre, date limite du dépôt des listes.

Deux autres coalitions de l’opposition, l’une autour du Pastef d’Ousmane Sonko, l’autre autour du Parti démocratique sénégalais de l’ancien président Abdoulaye Wade, feront face à celle de la majorité, Benno Bok Yaakar.

       Avec Rfi

Nombre de Vues | 1,340 Fois |

Commentez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.