La CENA juge « regrettables » les accusations de la coalition Non/Gor Ca Wax Ja

La Commission électorale nationale autonome (CENA), chargée de veiller au bon déroulement du processus électoral, a qualifié, lundi, de regrettable les accusations ’’ graves ’’ portées par la coalition du NON/Gor Ca Wax Ja sur son ’’honorabilité’’.Coalition du Non
Dans un communiqué transmis à l’APS, la CENA ’’regrette que des accusations aussi graves soient portées sur l’honorabilité de l’organe chargé de veiller au bon déroulement du processus électoral avec tant de légèreté et une mauvaise foi aussi manifeste’’.
La Commission rappelle qu’elle a été mise en place pour ’’faire respecter la loi électorale de manière à assurer la régularité, la transparence, la sincérité des scrutins en garantissant aux électeurs ainsi qu’aux candidats en présence, le libre exercice de leurs droits.
La CENA indique n’avoir pas, une seule fois, failli à cette mission, souligne le communiqué.
Lors d’une conférence de presse tenue vendredi dernier à Dakar, la coalition du NON/Gor Ca Wax Ja a fait état d’un ’’dysfonctionnement de la CENA’’ dans l’exercice de sa mission de contrôle et de supervision des opérations électorales et référendaires et portant sur les trois points.
 La Coalition soutient que la CENA n’a pas réagi suite à sa saisine par l’opposition après « diverses irrégularités » qui auraient entaché l’opération de révision des listes électorales de l’année 2015.
Dans un communiqué datant du 25 juin 2015, la CENA dit informer ’’l’opinion publique qu’elle s’était autosaisie, et non saisie par quiconque, à la suite d’informations parues dans la presse faisant état d’opérations d’instruction de la carte nationale d’identité dans des endroits inappropriés par des agents du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique’’.
Elle ajoute avoir mené une enquête sur place et conclu que les faits étaient avérés, jugeant ces pratique ’’préjudiciables à la bonne transparence dans le processus électoral’’.
La Coalition du NON/Gor Ca Wax Ja pointe également ’’les votes enregistrés au niveau de certains pays avec des photocopies de CNI, de passeports, de cartes consulaires, sans consensus avéré préalable, en violation de l’article 76’’ du Code électoral.
Elle a pris pour exemple Pointe Noire au Congo-Brazzaville, selon le communiqué de la CENA.
En réaction, la commission électorale indique qu’il s’agit manifestement d’imputations ’’hasardeuses et d’insinuations qu’aucune personne connaissant tant soit peu le processus électoral ne peut étayer sérieusement’’.
’’(…) De plus, aucune mention d’un quelconque vote avec des photocopies des pièces d’identité citées ne figure dans les procès-verbaux des sept bureaux de vote de Pointe-Noire, qui polarisaient en tout 832 votants’’, ajoute-t-elle.
Dans sa dernière complainte, la Coalition reproche à la CENA d’avoir désigné trois militants de l’APR pour diriger la DECENA de la Zambie. Elle relève que le président était « candidat malheureux pour être le coordonnateur du comité électoral de l’APR pour le référendum’’.
Mais pour la CENA, cette allégation est dénuée de tout fondement.
APS

Nombre de Vues | 180 Fois |

Commentez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.