KEUR MASSAR : Les victimes des inondations crient toujours leur colère

Le plan national d’organisation des secours (Orsec) a été déclenché samedi passé (une semaine déjà), afin de faire face aux inondations provoquées par les fortes pluies tombées la semaine dernière dans plusieurs localités du pays. Ainsi, l’État a déployé 120 motopompes de grosses capacités et une cinquantaine de camions hydrocureurs. De Tivaouane Diacksao à Keur Aladji Pathé, en passant par Diamaguène, Sicap Mbao, Médina, Fass Mbao, Yeumbeul Sud, des centaines de quartiers sont frappés par les inondations. Les populations vivent d’énormes difficultés, les pieds dans les eaux.

Selon le journal « Tribune », à Keur Massar, l’unité 3 constitue l’épicentre des inondations dans le 5ème département de la région de Dakar. C’est là-bas que le Président Macky Sall s’était rendu en 2020 pour constater les graves inondations de l’époque. Une semaine après le déclenchement du plan Orsec, la situation reste toujours la même. «Il n’y a aucun dispositif qui est mis en place à l’unité 3 de Keur Massar. Ils n’ont mis que trois motopompes au niveau du bassin, qui sert de relais aux autres quartiers. Mais seuls deux engins fonctionnent», explique Aly Ba.

Selon le jeune habitant de l’unité 3, les eaux inondent toujours les quartiers. «Il y a encore de l’eau dans le quartier. Le niveau atteint les 1,10 mètres et 1,20 mètre de hauteur. Les rues sont complétement inondées, idem dans les maisons, ou les populations sont coincées. Depuis le 14 août dernier, il y a des personnes qui ne sont pas sorties de leur maison. Elles vivent sur les terrasses. C’est nous, les jeunes, qui vont au marché. Nous avons fabriqué une pirogue de fortune pour accéder à nos maisons», regrette M. Ba. «Nous ne sentons pas les effets du plan Orsec», lâche-t-il.

Un deal sur des motopompes éclate

Dans le cadre du dispositif mis en place pour lutter contre les inondations et soulager un peu la population de Keur Massar, la société africaine hydrocarbure et d’électricité (SAHE) devait installer 26 motopompes électroniques avant même le déclenchement du plan ORSEC. Or des sources autorisées renseignent que lorsque le ministre de l’intérieur se rendait récemment dans cette localité, il a constaté que l’entreprise SAHE avait mis en place seulement deux motopompes et pire, l’une ne fonctionnait même pas. Depuis ce jour, c’est le mystère total autour de cette fausse note qui plus, le directeur général du budget avait indiqué lors d’une réunion que l’ensemble des engagements financiers relatifs à Keur Massar avaient été satisfaits. Sur ce l’interrogation qui se pose est, pourquoi donc l’entreprise SAHE a t-elle livré seulement deux motopompes au lieu de vingt-six déjà payées ?, s’interroge la Tribune. 

 

 1,412 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.