Inondations au Sénégal : Birahim Seck renvoie l’assemblée nationale devant ses responsabilités et évoque la reddition des comptes

« Une Assemblée nationale à la hauteur  de ses responsabilités de représentation du peuple devrait immédiatement convoquer les Ministres en charge de la lutte contre les inondations. » Le ton est donné, et du point de vue du coordinateur du Forum Civil, l’occasion se présente (encore, disons) pour que représentants du peuple montrent l’utilité de leur mandat.

Ce, parce que l’heure est grave. L’heure est grave, et ce n’est pas être catastrophiste que de le dire.  En effet, il a été débloqué, dans la lutte contre les inondations, une somme colossale  de « sept cent cinquante (750) milliards de fcfa pour récolter ces scènes de désolation ». Des scènes qui parlent d’elles-mêmes : routes coupées, populations désespérées, manifestations…  Raison pour laquelle Birahim considère  qu’il y a « une faillite réelle de la politique d’infrastructures de prévention contre les intempéries. »

Pourtant, on se souvient de ce discours du Président Macky Sall, accueilli par des flots d’applaudissements, et qui soutenait que son régime, à travers un plan décennal, avait définitivement résolu l’équation des inondations. « Tout ça pour ça » ! Mais, peut-être, y a-t-il à Ndoumbélane, inondation et inondation, et que les gouvernants ne parlent pas de celle dont parlent les gouvernés. Qui sait…

Qu’est-ce qui explique alors l’échec dont parle le coordonnateur du forum civil ? Où sont passés les 750 milliards (passant, où sont passés nos 400mille fcfa, Alioune Sall ?). Qui sait, encore une fois ! Ce dont on est sûr, c’est que « la reddition des comptes était pourtant  un engagement fort du Président de la République. »

MOUSSA SECK – laviesenegalaise.com

Nombre de Vues | 332 Fois |

Commentez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.