GRÈVE DANS L’ENSEIGNEMENT : Saemss-Cusems, la coalition jamais signalée aux 7 sages

Les bulletins de paie du mois de mai ont provoqué une grosse désillusion chez les enseignants. Les fortes augmentations de salaire attendues, fruit des accords issus des négociations entre gouvernement et syndicats, ont été littéralement broyées par les impôts. De quoi provoquer la colère de la coalition Saemss-Cusems qui déroule dès ce mercredi son 11ème plan d’actions.

Ça se gâte pour le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo. L’éclatant succès enregistré ces derniers jours lors des négociations avec les syndicats d’enseignants est de courte durée. Abdoulaye Daouda Diallo qu’on croyait sur une bonne étoile n’est pas au bout de ses peines. Loin s’en faut ! La coalition de syndicats constituée du Cusems et du Saemss, les deux plus grandes organisations de professeurs du cycle moyen et secondaire ont décidé dès ce mercredi d’aller en grève. « Il s’agit de notre 11ème plan d’action », précise Saourou Sène, secrétaire général du Saemss. En cause ? Le non-respect du protocole d’accord signé le 26 mars dernier. Les salaires ne sont pas encore payés, mais nombre d’enseignants qui ont pu parcourir leur bulletin de paie sur la plateforme e-solde se sont rendu compte du fossé entre les engagements du gouvernement et la réalité.

L’imposition des traitements tant redoutée est passée par là. « La base nous demande le respect strict des accords », alerte-t-il. Saourou interrogé par la radio Rfm ce mardi annonce que ses camarades exigent le respect du tableau des augmentations issu des accords du 26 mars. Ainsi, outre le débrayage de ce mercredi à partir de 9 heures, un autre est annoncé le vendredi, suivi d’une grève totale le samedi. Le lundi et le mardi prochains, les enseignants observent un débrayage suivi d’assemblées générales.

La coalition Saemss-Cusems envisage de durcir le ton en décidant de boycotter toutes les évaluations et les activités pédagogiques.
Ce plan d’actions est, à l’évidence, à la hauteur de la grosse désillusion qui a refroidi l’enthousiasme des enseignants. Grâce, en effet, à une enveloppe exceptionnelle de 100 milliards de FCFA, les fiches de paie de ce mois de mai devaient bondir, comme nous l’écrivions la semaine dernière, de 68 500 FCFA à 214 000 FCFA selon les grades et les corps d’enseignement. Et en 2023, les augmentations devaient osciller entre 100 000 FCFA et 350 000 FCFA.

Lire notre article ==> Tout réussit à Abdoulaye Daouda Diallo

De quoi pousser le Sudes à s’enflammer dans un communiqué. « Ce combat débuté depuis les années 2006-2007, accentué après les accords de 2014-2015 et de 2018 vient d’aboutir à des résultats mémorables », se félicitait le syndicat de la cité Soprim. A juste raison, sans doute, car Abdoulaye Daouda Diallo, le ton lénifiant, avait lâché : « Nous nous engageons à tout faire pour davantage pacifier l’année scolaire mais de façon générale à respecter les engagements que nous avons signé avec beaucoup de responsabilité parce qu’il ne sert à rien de s’engager sur des points sur lesquels nous ne pourrions pas honorer ». Il ajoute, toujours rassurant il ajoute : « les engagements qui ont été signés seront respectés sur l’échéancier sur lequel on s’est accordé ». Il n’en est finalement rien, à en croire les syndicats d’enseignants.


Le ministère des Finances et du Budget tout comme le ministère de l’Education nationale restent encore muets. Aucun de ces deux départements directement impliqués par cette nouvelle levée de boucliers n’a brisé le silence. Abdoulaye Daouda Diallo et son collègue de l’Education nationale Mamadou Talla sont deux grosses pointures du parti présidentiel au Fouta. La forte tension entre Benno bokk yaakaar et Yewwi Askan wi qui a ponctué ces derniers jours a dû les distraire de la clameur fusant des salles de classes. Si le Conseil constitutionnel est parvenu à éteindre le brasier dans le champ politique, il faudra des arguments financiers solides pour pacifier l’école.

Félix DIAGNE – laviesenegalaise.com

Nombre de Vues | 1,204 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.