Financement du PAVIE I : La DER obtient un prêt de 41 milliards de FCFA de la BAD

Le Projet d’Appui et de valorisation des Initiatives Entrepreneuriales des Femmes et des Jeunes, première phase (PAVIE I) vient de bénéficier d’un prêt de 41 milliards de FCFA de la Banque Africaine de Développement (BAD). La cérémonie de signature de la convention de financement a eu lieu, ce vendredi à Dakar, en présence de Monsieur Amadou HOTT, Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération et de Monsieur Serge N’GUESSAN, Directeur Général Adjoint du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest à la Banque Africaine de Développement (BAD).

Le ministre de l’économie a souligné que le PAVIE I sera mis en œuvre par la Délégation Générale à l’Entreprenariat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER). Il a pour objectif global d’appuyer la création d’emplois pour les jeunes et les femmes grâce à la promotion de l’entrepreneuriat. Sur le plan spécifique, il contribuera à la valorisation des initiatives entrepreneuriales des femmes et des jeunes à travers, l’accès au financement et l’accompagnement technique des entrepreneurs aussi bien dans les métiers que dans la gestion d’entreprise en vue d’assurer la viabilité et la pérennité de leurs entreprises.Délégation Générale à l'Entreprenariat Rapide - DER

En effet, cette première phase, d’un montant total de 71 Milliards de Francs CFA, sera financée par un prêt BAD de 41 Milliards de Francs CFA et une contrepartie du Gouvernement du Sénégal d’un montant de 30 Milliards de Francs CFA. Ceci s’inscrit dans le cadre d’un projet global de 99 Milliards de Francs CFA. Le projet est financé par un prêt FAD (Fonds Africain de Développement) de 12,520 millions d’euros et un prêt BAD de 48,828 millions d’euros, avec un cofinancement de 20 millions d’euros de l’AFD ainsi que la contrepartie du gouvernement d’un montant de 32,026 millions d’euros.

D’une durée de trois (3) ans, le projet conçu selon l’approche par la demande et mis en œuvre en coordination avec le secteur privé, notamment les banques et les institutions de microfinance, permettra de financer les initiatives entrepreneuriales des femmes et des jeunes sur toute l’étendue du territoire national. En outre, le mécanisme de suivi des financements internes à la DER sera renforcé par un dispositif de suivi géolocalisé des investissements.

Le Directeur Général Adjoint du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest à la Banque Africaine de Développement (BAD), Serge N’GUESSAN a salué la politique volontariste de l’État du Sénégal avec la mise en place en 2017 de la DER. Selon lui, elle a réussi depuis sa création à accompagner plus de 183 000 bénéficiaires. Au vu de ses immenses efforts, la DER mérite d’être soutenue mais également renforcée pour mieux faire face aux risques opérationnels et financiers susceptibles de compromettre la pérennité des entreprises bénéficiaires. Et, d’ajouter : “L’accompagnement des porteurs de projets demeure également une préoccupation à la quelle la banque accorde une importance toute particulière” dira-t-il.

A terme, d’après les experts, “le programme permettra de financer plus de 14 000 initiatives entrepreneuriales, de générer ou de consolider environ 65 000 emplois directs et 89 000 emplois indirects, soit au total 154 000 emplois dont 60% destinés aux femmes, de former plus de 27 000 entrepreneurs dont plus de 15 000 femmes, soit 55%, d’appuyer la transformation digitale de 2 200 entreprises et formaliser 3 500 autres (dont 50% dirigées par des femmes)”.

Abdoul BABA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.