FIARA – Le coordonnateur du PUMA Moussa Sow salue la qualité des produits présentés par les femmes transformatrices des zones frontalières

Le coordonnateur du Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (PUMA), Moussa Sow, a salué, jeudi, la qualité des produits présentés par les femmes transformatrices des zones frontalières à la Foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (FIARA).

’’Nous sommes heureux de constater que c’est des produits de qualités qui sont présentés ici’’, a-t-il déclaré à l’issue de sa visite des stands d’exposition et de vente de la Plateforme des groupements de femmes des zones frontalières (PG2F) du PUMA, à la 22e édition de la FIARA, qui se tient au Centre international pour le Commerce extérieur du Sénégal (CICES).

Ces femmes transformatrices en provenance des dix régions frontalières du Sénégal (Saint-Louis, Matam, Tambacounda, Ziguinchor, Sédhiou, Kolda, Fatick, Kaffrine, Kaolack Kédougou), ont présenté des produits laitiers, halieutiques, des confitures, des sirops, de la pâte et de l’huile d’arachide, les jus et boissons, le couscous et granulés de céréales, entre autres.

’’C’est la 22e FIARA, mais pour le PUMA, c’est la deuxième année consécutive de participation de ces femmes regroupées en Groupement d’intérêt économique (GIE) qui ont été créés grâce aux formations et aux équipements donnés par le PUMA à ces femmes dans toutes les zones frontalières’’, a fait savoir Moussa Sow.

Il s’agit, selon lui, d’une ’’innovation majeure du PUMA’’, consistant à ’’aider dans ces zones frontalières les jeunes et les femmes à créer des GIE et à être formés, assistés en matériels et développer leurs propres activités’’.

’’Mais au-delà, nous avons quand-même trouvé qu’il était bon d’organiser toutes ces femmes des zones frontalières dans les dix régions qui ont bénéficié de l’action du PUMA en une fédération’’ pour qu’elles puissent régulièrement échanger sur les bons procédés, selon leurs différentes expériences et les spécifités de chaque région, a-t-il ajouté.

Le rôle du PUMA, selon Moussa Sow, a consisté à financer ces femmes avec l’accompagnement de la DER, mais également les aider à avoir la technique et le matériel nécessaire.

L’autre aspect, a-t-il dit, c’était de leur permettre de ’’participer à toutes les rencontres de foires ou de grands marchés, montrer aussi la qualité des produits qu’elles sont en train de réaliser dans chacune de ces régions’’.

’’Et c’est tout le sens de notre venue à la FIARA pour encourager davantage ces femmes et que l’année prochaine, nous puissions encore davantage aider plus de femmes en plus des groupements, et faire un bilan qui va dans le sens de l’augmentation des revenus pour ces femmes’’, a-t-indiqué.

Selon la coordonnatrice de la plateforme PG2F et présidente du GIE PELLITAL KADIONE de Podor, Bintou Sow, cet accompagnement du PUMA a permis à toute ces femmes productrices de développer une véritable chaîne de valeurs, avec plus de retombées économiques.

’’Ils nous ont formées, équipées, financées et accompagnées. Que demander de plus, si ce n’est nous donner l’occasion de participer aux foires internationales et exporter nos produits’’, a-t-elle avancé.

Nombre de Vues | 1,014 Fois |

Source Avec APS
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.