Festival Dakarecofest : Des acteurs s’engagent autour de l’écologie et des initiatives durables

L’association Écologie Universelle et l’agence Ethical Minds organisent à partir de ce vendredi, le festival Dakarecofest à la Place du Souvenir. Une annonce faite par les organisateurs lors d’une conférence de presse tenue, ce matin au centre Biophilia de Ngor. Un festival éthique et écologique qui se mobilise pour fédérer les acteurs sur les questions écologiques et des initiatives durables.

Selon la fondatrice de l’association Écologie Universelle, les changements climatiques n’épargnent personnes encore moins le continent africain ou les questions éducatives, migratoires, sanitaires, alimentaires constituent de véritables enjeux environnementaux, économiques et sociaux. ” L’Afrique émet moins de 4% des gaz à effets de serre est pourtant il est le continent le plus impacté des changements climatiques” .

A en croire Aminata Sidibé, l’idée de ce festival est de montrer que la jeunesse africaine agit pour lutter contre ses changements climatiques. Il faut simplement, une prise de conscience, une synergie pour fédérer les forces en vue de construire un dynamisme commune de l’écologie.

” Durant trois jours plusieurs thématiques portant sur l’urgence climatique et la biodiversité, la santé au naturel, la souveraineté alimentaire, le zéro déchets et l’écologie numérique seront abordées par des experts en la matière” dira-t-elle.

Le coordonnateur de l’association Écologie Universelle, Mamadou Bailo Bah, a pour sa part soutenu que chacun à le pouvoir d’agir, de contribuer à prendre soin de l’environnement. D’ailleurs, il souligne l’organisation d’un panel sur l’engagement citoyen pour montrer qu’au Sénégal, les jeunes s’engagent et posent des actes sur les questions écologiques.

Pour ce qui est de l’écologie digitale, la responsable de Ethical Minds, annonce la tenue durant ce festival d’une conférence autour de la thématique “le numérique peut-il être écologique ? “.

Pour Nathalie Lafrie, le secteur de l’écologie utilise le numérique pour communiquer. L’idée n’est pas de diaboliser le numérique parce que ça pollue mais plutôt de produire des énergies renouvelables pour refroidir les data centrer et créer des moteurs de recherche écologique. Un sujet crucial où le digital se révèle comme un enjeu de développement important sur le continent africain.

Pour sa première édition, le Dakarecofest est placé sous le haut patronage du ministre de l’environnement et du développement durable Abdou Karim Sall, du directeur général de l’Agence Sénégalaise de la reforestation et de la grande muraille verte Ali Haïdar, du maire de Dakar Soham El Wardini, de l’artiste et ambassadeur de la convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, Baba Maal.

Abdoul BABA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.