Déjeuner de l’industrie : Le Sénégal prépare ses entreprises à l’arrivée de la ZLECAF, un marché de plus d’un milliard d’habitants

Le ministère du développement industriel et des petites et moyennes entreprises en collaboration avec l’Union des Prestataires des Industriels et des Commerçants du Sénégal (UPIC) a organisé, ce jeudi à Dakar, le déjeuner de l’industrie. Un cadre de réflexion sectorielle d’échanges sur les défis et enjeux auxquelles font face les entreprises industrielles sénégalaises. Pour cette première rencontre des déjeuners de l’industrie il s’agissait de préparer les industries sénégalaises à leur entrée dans la ZLECAF (Zone de libre-échange continentale africaine) . Ils ont échangé autour de thème : « ZLECAF : opportunités et menaces pour les entreprises industrielles du Sénégal ».

Selon le ministre du développement de l’industrie et des petites et moyennes entreprises, Moustapha Diop, ce thème sur la ZLECAF revêt une importance capitale pour le futur de l’industrie nationale. En effet, avec la Zone de Libre Échange Continentale, l’Afrique va devenir la plus grande zone de libre échange au monde, avec un marché de 1,2 milliards de consommateurs, pour un PIB de 2.500 milliards de dollars.
Et selon les projections, l’Afrique comptera 2,5 milliards de personnes à l’horizon 2050, soit 26% de la population active mondiale et son économie croîtra deux fois plus rapidement que celle des pays développés.

Ces chiffres, d’après le Ministre, témoignent du gigantisme du projet et du potentiel dont regorge le continent, d’où l’intérêt pour le Sénégal d’en étudier les opportunités et les menaces pour les industries nationales.

Le président de l’UPIC, Amadou Seck soutient que l’UPIC compte à son actif 120 membres intervenant dans neuf domaines différents avec un chiffre d’affaires de 1.500 milliards de FCFA et plus de 21.000 emplois. “Il est donc normal de préparer les membres de l’UPIC à l’entrée en vigueur de la ZLECAF prévue cette année”, pense-t-il.

Pour lui, les objectifs des “déjeuners de l’industrie” consistent à renforcer le dialogue entre membres de l’UPIC et les partenaires clés de l’industrie, la création d’un cadre de dialogue sur les politiques et projets sectoriels ayant trait au développement industriel, le renforcement des forces de propositions des acteurs industriels de l’UPIC.

Abdoul BABA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.