Covid 19: le Fouta dit “halte” (Par Oumar Diaw)

Le Fouta a longtemps été épargné par l’hégémonie du Coronavirus, comme si par pudeur, il ne voulait pas en rajouter aux difficultés déjà multiples des braves Foutankés en quête de mieux-être depuis si longtemps.

Dans l’extension inexorable de son territoire, la pandémie a fini par accoster sur les rives du fleuve Sénégal qui, depuis des millénaires, irrigue et nourrit les hommes. La vie de ses riverains était ainsi menacée. On pouvait redouter des contaminations en chaîne, compte tenu des réalités locales et de la précarité sanitaire.

Les populations ont fait front commun pour contenir la vague naissante. Jeunes, femmes et personnes âgées tous se sont dressés pour engager le combat communautaire, seul à même de rompre la chaîne de transmission. Le Fouta, terre de culture et d’agriculture ne voulait pas être un terreau fertile pour cette redoutable maladie.

Ainsi, la région a-t-elle su échapper à une flambée incontrôlable. Mais progressivement, les anciennes habitudes reprirent dans une zone où le lien social est fort. Et aujourd’hui, le péril se dresse à nouveau à la face des Foutankés, certes pétris de foi et de dignité mais aussi, avec des fragilités réelles.

Les frémissements d’une seconde vague ne devraient pas devenir des gémissements tragiques dans les villages pleins de vie et d’espérance du Fouta. Pour cela, seule la vigilance, sans faille ni faiblesse, peut assurer la protection de tous.


Oumar Diaw – Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.