Coopération, guerre en Ukraine, coups d’état en Afrique de l’ouest au menu de la visite du patron de l’Onu à Dakar

Plusieurs questions ont été abordées au cours de la visite du patron de l’Onu à Dakar. Le Président Macky Sall et António Guterres ont échangé sur la coopération entre l’OUN et le Sénégal. Ils ont évoqué la coopération entre l’ONU et l’Union africaine. Mais aussi, la guerre en Ukraine, les coups d’état en Afrique de l’ouest, au  mali, en Guinée et au Burkina Faso.Sg de l'Onu et Macky Sall

Le président Macky Sall a salué l’engagement du secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, au sein de l’organisation qu’il dirige. Il a reçu, ce 1er mai, son hôte en audience après sa visite à la future maison des Nations-Unies au Sénégal,  logée à Diamniadio. 

Les deux (2) personnalités ont eu un tête-à-tête pour discuter de différents sujets d’intérêt commun dont la coopération entre le Sénégal et les Nations-Unies. Le Chef de l’Etat, Macky Sall, a rappelé les efforts du pays sur le plan de la contribution militaire dans les missions de maintien de la paix. 

Sur un autre registre, il a évoqué les préoccupations du continent africain, notamment en ce qui concerne la situation politico-militaire en Afrique et dans l’espace CEDEAO en particulier où le contexte est marqué par la lutte contre le terrorisme.

Selon le secrétaire général de l’ONU, la situation sécuritaire prévalant actuellement au Sahel « demeure préoccupante ». Il a promis de continuer à plaider « pour des opérations africaines de maintien de la paix et de lutte contre le terrorisme robustes, mises en œuvre par l’Union africaine et appuyées par l’ONU ».
 
Antonio Guterres a demandé à la communauté internationale de continuer à apporter son soutien aux pays du Sahel, pour qu’ils soient « à la hauteur des enjeux sécuritaires » de leur région.
La communauté internationale doit poursuivre le dialogue avec le mali, la Guinée et le Burkina Faso pour un retour, ’’dans les plus brefs délais », de l’ordre constitutionnel dans ces pays de l’Afrique de l’Ouest, a plaidé, dimanche, à Dakar, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

« Nous avons convenu de l’importance de poursuivre le dialogue avec les autorités de facto des trois pays, afin d’accélérer le retour à l’ordre constitutionnel dans les délais les plus brefs », a-t-il dit.
 
Antonio Guterres, en compagnie du chef de l’Etat sénégalais Macky Sall, président en exercice de l’Union africaine, échangeait avec des journalistes au cours d’un point de presse.
Macky Sall a, également, exprimé son inquiétude à propos de la guerre en Ukraine et de son impact sur le continent. Il a plaidé pour une désescalade du conflit et promet en ce qui concerne l’Afrique, de travailler sous ce rapport. « Nous pensons qu’il faut une désescalade sur théâtre ukrainien », a dit Macky Sall au sujet de la crise diplomatique et militaire provoquée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, fin février dernier.
 
« L’Afrique, en ce qui le concerne, travaillera dans cette perspective de paix, de désescalade », a ajouté Macky Sall, président en exercice de l’Union africaine, lors d’une conférence de presse conjointe avec le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, à Dakar.
 
Selon Macky Sall, l’Afrique compte « privilégier le dialogue pour que les Russes et les Ukrainiens puissent trouver une voie de sortie de crise (…)’’ dans le conflit opposant ces deux pays voisins.
Le conflit en cours en Ukraine depuis fin février dernier « aggrave une triple crise alimentaire, énergétique et financière » pour l’Afrique et le monde en général, a déclaré, dimanche, à Dakar, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

« Cette guerre aggrave une triple crise alimentaire, énergétique et financière pour la région et bien au-delà », a-t-il dit lors d’un point de presse conjoint avec le président sénégalais Macky Sall.


Dans le cadre de son mandat au sein de l’Union Africaine, Macky Sall qui est, par ailleurs, président en exercice de l’institution, a réaffirmé son engagement à œuvrer pour la paix et la sécurité avec le soutien des Nations-Unies. Il a, aussi, milité pour la réallocation des droits de tirages spéciaux et insisté sur la relance économique du continent amplifié par la crise ukrainienne.

Il a conclu en invitant à accompagner les efforts des États africains dans la transition énergétique en privilégiant la mise à disposition des ressources naturelles du continent dont le gaz pour une réussite de l’initiative

Nombre de Vues | 1,420 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.