Construction de 100 000 logements au Sénégal : La secrétaire d’Etat chargée du logement Victorine Ndèye appelle à une mobilisation générale

La secrétaire d’Etat chargée du logement Victorine Ndèye appelle à une mobilisation générale pour la concrétisation du projet quinquennal initié par l’Etat sénégalais pour la construction de 100 000 logements sur l’ensemble du territoire national.

Ce projet en cours de réalisation est une opportunité pour les citoyens sénégalais, a déclaré Mme Ndèye, lundi, à Bambilor, où elle visitait des chantiers de la première société immobilière avec laquelle le ministère de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique a contracté dans le cadre de ce projet.

Aussi a-t-elle appelé “à la mobilisation de tous les Sénégalais, autour du chef de l’Etat pour la concrétisation de ce projet, pour le bien-être de toute la population”.

“Nous sommes en train de matérialiser, avec le premier promoteur (…)”, a-t-elle indiqué, en laissant entendre que ce projet, au-delà de son impact en termes de logements sociaux, présente aussi des opportunités en matière de création d’emplois et de développement du secteur privé.

’’C’est une opportunité d’être avec l’Etat, de travailler et de construire ce pays avec lui, en vue d’offrir au maximum de Sénégalais un logement”, a-t-elle dit au sujet de ce projet dont les travaux ont démarré en février dernier.

La secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, chargée du Logement a rappelé que les engagements pris avec les promoteurs, étaient “de faire sortir de terre les premiers logements au 31 mars de cette année”.

“Il s’agit d’offrir au maximum de Sénégalais, la possibilité d’accéder à un logement”, a indiqué Victorine Ndèye, précisant que ce programme s’appuie sur un volet gestion préventive doublée d’une approche curative, consistant en la restructuration des bidonvilles “pour améliorer le cadre de vie et permettre aux Sénégalais de vivre dans un environnement sain”.

L’objectif du gouvernement est d’arriver à une éradication des bidonvilles à l’horizon 2035 et à “faire de la planification urbaine, aménager de façon à éviter que les populations se logent dans des zones non habitables”.

“Quand le besoin de se loger est là, les populations logent où elles peuvent”, a-t-elle noté, rappelant que le rôle de l’Etat est de rendre effectif pour les Sénégalais le droit au logement.

Sur ce site de Bambilor, dans le département de Rufisque, “deux promoteurs utilisent la méthode traditionnelle de construction de brique à brique, là où deux autres font avec des méthodes innovantes”, a relevé la secrétaire d’Etat chargée du logement.

“Cela interpelle l’Etat et les autres en termes d’accompagnement de la jeunesse, dans le cadre de la formation professionnelle mais aussi en termes d’employabilité, en les formant, les outillant, de manière à ce que le secteur privé puisse les capter”, a-t-elle poursuivi.

Ces maisons seront livrées “en juillet prochain”, avec la volonté d’en produire 20.000 par an, alors que le Sénégal n’en produisait jusque-là que 4.000 chaque année, a soutenu Victorine Ndèye.

“Après deux mois de démarrage, les résultats sont visibles. Si nous dupliquons cela dans d’autres sites, nous y arriverons”, a assuré la secrétaire d’Etat chargée du logement.

Elle a signalé que 200 logements sont prévus sur ce site de 57 hectares employant “près de 500 personnes, de la maçonnerie, à la ferraille, aux petits travaux de manœuvre, entre autres”.

Il “englobe un ensemble de commodités” dont “une mosquée, une chapelle, un cimetière, des complexes scolaires et sportifs, entre autres. De plus, toute l’ingénierie sociale à faire, a été déjà réalisée. Il ne s’agit pas de démarrer un projet, d’avoir des ressources, mais d’être dans climat social apaisé”, a-t-elle précisé.

Le projet des 100.000 logements a été initié par l’Etat du Sénégal pour “résorber le déficit sectoriel de logements estimé, en 2018, à plus de 325.000 unités avec une demande additionnelle de 12.000 logements par an”, a relevé le ministre.

Le projet vise à assurer “un bon maillage du pays”, avec une part de 60% pour le triangle Dakar-Thiès-Mbour et les 40% restants pour les villes de plus de 10.000 habitants.

La Société nationale des habitations à loyer modéré (SN-HLM) s’est engagée à réaliser 15.000 logements par an dans la phase 2021-2023 dans diverses localités du Sénégal, dont Kébémer, Dakar, Tivaouane, Ziguinchor, Kédougou, Kolda Fatick, Kaffrine.
Avec APS

 1,308 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.