Chronique – ISOLOIR : Ousmane Sonko, la nouvelle voix de la politique sénégalaise

Patron du parti Pastef les Patriotes, Ousmane Sonko est la nouvelle voix de la politique sénégalaise. Il n’a jamais pris part à une élection mais rien ne garantit que son aura médiatique se transformera en gains politiques. Mais, les actes qu’il pose depuis des décennies lui permettent d’entrevoir l’avenir avec sérénité.

Ousmane Sonko est la sensation de 2016. Récusé de la Fonction publique pour violation du droit de réserve, il est depuis sous le halo des projecteurs et passionne les médias, avides d’informations sensationnelles. Droit dans bottes, guidé par ses principes, le leader de Ndawi Askan Wi, qui regroupe Mame Mbaye Niang et Diallo Diop, met sa popularité médiatique sur le terrain politique.

Aujourd’hui, il donne une sensation de fraîcheur dans un monde politique dominé par des vieillards, qui régentent ce pays depuis Senghor. Lui met sur la table une nouvelle offre politique et sert un discours structuré et cohérent sans verser dans des promesses démagogiques. Dans n’importe quel pays, cela aurait accroché des milliers voire des millions d’électeurs.

On est, par contre, dans un système politique fermé et dominé par des partis politiques, qui investissent des millions dans cette campagne des Législatives, qui ressemblent plus à une Présidentielle. Les têtes de liste multiplient les promesses électoralistes alors que le patron de Pastef multiplie les rencontres de proximité pour partager ses convictions et son programme dans les foyers électoraux. A la fin de chaque rencontre, il partage les anecdotes : “Partout où nous sommes passés, ce qui m’a le plus marqué, c’est d’abord je ne savais pas que les Sénégalais nous connaissaient à ce point.

Ensuite, la phrase qui m’a le plus marqué, c’est “Nguir Yalla bouléne meuss sopékou”.   Je vais vous dire une chose, un jour je me promenais et avec mon chauffeur on a dépassé des enfants. Ils se sont mis à crier mon nom. J’ai dit à mon chauffeur de s’arrêter et j’ai eu petit “d’où tu me connais?”. Il m’a répondu : “C’est toi qui a révélé l’histoire du pétrole”.  Alors si en ce moment, des enfants de 8 ans réfléchissent comme ça, cela veut dire que le problème est compris et les magouilles ne vont plus passer”.”

Le président du parti Patriote du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef-Les Patriotes), né à Thiès en 1974,  breveté de l’Ecole nationale d’administration (Ena), fondateur du Syndicat autonome des agents des Impôts et Domaines (Saaid), est un homme, qui a toujours voulu se complaire au système actuel. A travers cette élection, il  aspire à intégrer l’Hémicycle pour poursuivre le combat qu’il mène depuis plusieurs années.

          Par l’Electeurlaviesenegalaise.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.