Ce que l’on sait de la mort d’un détenu à la prison du Cap Manuel

Mort suspecte d’un détenu qui était déféré à la prison du Cap Manuel. Son nom, Cheikh Niasse. Il est revenu de la France pour assister  au Magal de Touba.

Le jeune de la trentaine révolue a été arrêté, suite à une dispute avec un policier, selon plusieurs sources. Il a été déferré à la prison du Cap Manuel. Mais, ce dernier est décédé quelques jours après son déferrement. Où est-il décédé ? 
Ce que l'on sait de la mort d'un détenu à la prison du Cap ManuelDans un communiqué, les familles des détenus victimes de longues détentions préventives « illégales et arbitraires » et le Frapp disent avoir appris la mort de Cheikh Niasse. « Une mort est suspecte ».

Ils disent exprimer leurs vives préoccupations devant les nombreux cas de décès de citoyens impliquant des agents des forces de défense et sécurité.

«Le Frapp et les familles des détenus victimes de longues détentions préventives « illégales et arbitraires » demandent qu’une enquête soit menée afin d’établir les circonstances ayant conduit à la mort de Cheikh Niasse », écrit-on dans leur communiqué. «Aux urgences de l’hôpital Aristide Le Dantec», si l’on en croit l’administration pénitentiaire. 

Ces derniers exigent d’ailleurs le jugement sans délai ou la libération de Vieux Diop, Babacar Diop, Mamadou Niang, Seydina Mohamed Ndiaye, Dioula Sow, Alioune Badara Coly emprisonnés dans l’affaire de la saisie record de drogue au port de Dakar alors que les prisonniers allemands et italiens, au cœur de l’affaire ont été libérés.

L’administration pénitentiaire pour sa part n’est pas restée sous silence. Elle a apporté sa version des faits. Selon l’inspecteur Mbaye Sarr, inspecteur régional de l’administration pénitentiaire de Dakar dont les propos sont rapportés par nos confrères de Dakar Actu, « la première précision, est que le détenu n’est pas décédé au Cap Manuel. Mais aux urgences de l’hôpital Aristide Le Dantec. Il était interné au pavillon spécial. Il a transité au Cap Manuel comme tous les détenus qui sont malades », fait-il savoir.

Dans les détails, l’inspecteur renseigne qu’«il était mis sous mandat de dépôt le 24 septembre dernier. Mardi, il a été envoyé au pavillon spécial. Je ne comprends pas tout le bruit sur ce décès. Nous prions pour le repos de son âme. Je précise que toutes les formalités ont été respectées comme les autres cas, quand il s’agit de mandat de dépôt », conclut l’officier pénitentiaire qui informe que tous les détenus qui sont au Cap Manuel sont mis sous mandat de dépôt par le parquet de Pikine et le parquet de Dakar envoie directement les détenu à Rebeuss.
À signaler qu’une autopsie a été réalisée sur le corps de l’homme âgé de 39 ans, pour en savoir plus sur les raisons de sa mort, selon leral. Ce jeudi, les résultats ont été publiés. D’après les informations fournies par la famille de Cheikh Niasse, le médecin légiste a déclaré sa mort comme « naturelle ».

« L’accès à sa dépouille a été interdit à notre famille ce matin. « Mort naturelle », c’est le résultat… hyperglycémie… Voilà, fin de l’histoire ! », révèle sa famille.

Malgré ces résultats, il est soupçonné que Cheikh Niasse soit décédé après des sévices.

 4,248 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.