Casamance : l’Etat invité à informatiser l’état-civil des communes rurales

Le directeur exécutif d’Amnesty International/Sénégal Seydi Gassama a invité mardi à Ziguinchor l’Etat à investir dans l’infrastructure numérique dans les communes rurales de la Casamance (Sud) en vue de fiabiliser le fichier de l’état-civil.

‘’Les mairies des grandes qui ont des moyens ont informatisé leur système d’état- civil. Par contre au niveau du milieu rural, les mairies ne disposent d’aucun moyen. Il appartient à l’Etat du Sénégal d’investir dans l’infrastructure informatique dans les communes rurales’’, a estimé M. Gassama.

Il prenait part à un atelier de formation sur la maîtrise de l’état-civil pour une effectivité des droits humains et une citoyenneté active et participative. Cette rencontre à l’initiative d’Amnesty International en partenariat avec la fondation Konrad Adenauer est animée par des présidents de tribunaux de grande instance et d’autres experts.

Des maires de différentes communes de la région de Ziguinchor, des sous-préfets et autres acteurs ont pris part à cet atelier de formation de deux jours où il a été beaucoup question des contraintes que vivent les populations par rapport à l’état-civil.

‘’Plusieurs communes au milieu rural n’ont pas les moyens pour disposer d’un système d’état-civil informatisé. C’est le cas à Nyassia, Boutoupa Camaracounda, Kabrousse et d’autres communes rurales de Ziguinchor’’, a expliqué Seydi Gassama.

Il a plaidé pour un effort financier de la part de l’Etat pour doter ces mairies rurales d’infrastructures numériques pour éviter les fraudes dans le système d’état-civil

‘’Beaucoup de jeunes de la Casamance ont dû fuir leur foyer pour aller se réfugier dans les centres urbains. Beaucoup de registres d’actes de naissances ont été détruits dans certaines mairies dans le monde rural (…)’’, a fait remarquer le directeur exécutif de la section sénégalaise d’Amnesty International.

Seydi Gassama a surtout alerté les autorités sur les déclarations multiples de naissances qui font que plusieurs actes de naissances sont supprimés par certaines décisions de justice.

‘’C’est un drame à Ziguinchor. Il arrive que des décisions de justice suppriment des déclarations de naissances qui ont permis à l’enfant d’avoir tous ses diplômes de CFEE au master. C’est lorsque l’enfant veut disposer d’un certificat de nationalité pour faire un concours qu’il se rendra compte que ses diplômes ne sont plus valables’’, a-t-il regretté.

APS

 52 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.