ANNONCE DU CHEF DE L’ETAT : Woodside Petroleum rectifie le Président Macky Sall

Après la sortie du Président Macky Sall sur Financial Times, Woodside Petroleum a nié que le premier baril de pétrole du champ de Sangomar soit retardé en raison de la pandémie de coronavirus.

En effet, dans un entretien avec financial Times, Macky Sall a déclaré «nous avons vu de grandes compagnies pétrolières qui ne sont plus capables de respecter leurs engagements en matière de production. Ils ne peuvent pas collecter d’argent (…) Je ne peux pas nommer de noms parce que je ne peux rien dire qui affectera leur situation, qui est déjà fragile ». Mais selon la société australienne, le premier baril de pétrole est bien possible en 2023.

Divers projets pétroliers et gaziers seraient reportés d’un ou deux ans, a déclaré le président Macky Sall au Financial Times.

Woodside pour sa part, dit avoir pris des mesures pour gérer l’impact de la pandémie sur la chaîne d’approvisionnement et le calendrier du projet.

En collaboration avec ses partenaires, ses entrepreneurs et le gouvernement, Woodside prend des mesures pour réduire les dépenses à court terme. Cela permettra de protéger «la valeur globale de l’investissement et de livrer le premier pétrole en 2023», a-t-il déclaré.

«Nous avons vu de grandes compagnies pétrolières qui ne sont plus capables de respecter leurs engagements en matière de production. Ils ne peuvent pas collecter d’argent », selon le Chef de l’Etat.

Mais, les pétroliers répondent que les sociétés ont pris la décision finale d’investissement (FID) en janvier de cette année sur le projet de 100 000 barils par jour.

MODEC fournira le navire flottant de production, de stockage et de déchargement (FPSO), Subsea Integration Alliance (SIA) les ombilicaux et les systèmes de production, tandis que Diamond Offshore le forage.


“Des Problèmes liés à la pandémie du Coronavirus”


Selon le site energyvoice.com, bien que Woodside défie Sangomar, d’autres sociétés ont signalé certains problèmes.

BP a repoussé d’un an son attente de premier GNL dans son projet Greater Tortue LNG. Le super-major a déclaré que l’épidémie de coronavirus a retardé les travaux sur le brise-lames, l’obligeant à manquer la fenêtre météo.

La chute spectaculaire du prix du pétrole a laissé la société australienne junior FAR au plus haut et au sec. Il s’efforce de trouver un financement pour sa part des travaux à Sangomar. Cependant, lorsque les prix ont chuté, les banquiers sont devenus inquiets et FAR a maintenant abandonné ses plans.

Le même australien détient une participation de 15% dans le champ sénégalais, ce qui nécessiterait 163 millions de dollars pour sa part. Il travaille actuellement sur des projets de cession de tout ou partie de sa part, indique la source.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.