Ageroute_Seneweb_1000x250px

Aminata Touré a-t-elle fui un débat public avec Ousmane Sonko ?

En tournée dans l’intérieur du pays, dans le cadre de la campagne électorale pour les législatives, le responsable politique de l’opposition Ousmane Sonko a depuis Linguère dans la région de Louga,  invité Aminata Touré (tête de liste nationale de Benno Bokk Yaakaar), à un débat public à une semaine de la tenue du scrutin prévu le 31 juillet. Ce débat aura-t-il lieu. Il semble que «non». Le défi ne sera peut-être pas relevé et les citoyens seront privés d’un débat d’idées sur le programme des partis et coalitions politiques déjà déroulé, en cours et en perspective.

“Aminata Touré refuse le débat face à Sonko”. Du moins, c’est ce que laisse croire sa sortie fixant des conditions à l’opposant politique Ousmane Sonko, leader de Pastef-Les-Patriotes, par ailleurs, maire de Ziguinchor.

En fixant des conditions non des moindres à Ousmane Sonko, principal challenger du régime, Aminata Touré brise le rêve des téléspectateurs de suivre un débat politique public auquel elle a été invitée par Sonko. Est-ce une manière plus ou moins intelligente de refuser le débat ? En tout cas, tout porte à le croire.

A Gandiaye, dans le département de Kaolack, la tête de liste nationale de Benno est revenue sur l’appel au débat lancé par Ousmane Sonko. Aminata Touré fixe des conditions comme qui voulait tout simplement refuser le débat sans refuser.

Pour l’ancien premier ministre, il y a un certain nombre de préalables à respecter avant de débattre avec Sonko. “Certes c’est une bonne chose de débattre mais c’est encore mieux d’établir les règles d’abord”, a-t-elle dit.

Poursuivant, Aminata Touré ajoute, «je reste disposée à répondre à son invitation s’il(Ousmane Sonko) déclare publiquement qu’il renonce à toute forme de violence. S’il dénonce et condamne le Mfdc. S’il leur demande de déposer les armes et qu’il soutienne notre armée nationale. S’il demande à ses affidés d’arrêter d’insulter les familles religieuses, les représentants de l’Etat, les Institutions… ».
Faisant dans la provocation, Mimi Touré raille Ousmane Sonko affirmant qu’elle débattra également «si le leader de Pastef s’engage à respecter les institutions, s’il lave son honneur dans l’affaire Adji Sarr ».
C’est seulement, s’il remplit toutes ses condition que Mimi Touré va répondre à son invitation à débattre dans toutes les langues, quand il veut et où il veut. C’est dire que ce débat n’est pas prévu pour demain.

Nombre de Vues | 2,000 Fois |

1 Commentaire
  1. Mata

    Il est impossible de monter un combat Bala Gaye Yawou Dial soyons sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.