Aliou Sall : «Le soutien de l’État aux Collectivités territoriales a plus que doublé depuis 2012»

Le président de l’Association des maires du Sénégal magnifie la volonté du Chef de l’Etat de donner un contenu plus concret à la décentralisation. Dans un entretien avec le Soleil d’hier, Aliou Sall estime que l’exercice des pouvoirs doit être partagé et donner lieu à une sorte de redistribution des rôles, des responsabilités et des moyens tout en accordant un statut juste et valorisant du maire et de l’élu local.

Selon Aliou Sall, “de véritables évolutions positives sont observables dans la gestion des Communes d’abord depuis l’avènement de la loi n°2013-10 du 28 décembre 2013 portant Code général des Collectivités Territoriales communément appelé Acte 3 de la Décentralisation et qui confère aux communes, en plus des neuf domaines de compétences transférées, un rôle de promotion du développement local. La volonté du Chef de l’Etat, inspirateur de cette loi refondatrice, était clairement de donner un contenu plus concret et plus dynamique à la territorialisation des politiques publiques ; les Collectivités territoriales sont invitées désormais à jouer un rôle plus proactif dans les programmes et projets mis en œuvre par l’Etat. Elles sont aussi invitées à explorer toutes les potentialités territoriales en vue de promouvoir le développement local. Ces incitations se sont concrètement traduites par de nombreuses initiatives économiques aussi variées que des activités de promotion (foires, salons, journées économiques, etc.), l’aménagement de zones économiques, la mise en place de projets en mode PPP etc. L’avènement de l’Acte III a aussi vu se développer un changement substantiel dans le profil général des maires. Désormais convaincus des possibilités réelles qu’offrent l’Acte III dans la perspective d’un réel progrès social, économique et environnemental, de plus en plus de cadres intellectuels de notre pays n’hésitent plus à se lancer à la conquête des exécutifs locaux. Ainsi vous avez de plus en plus de maires professeurs d’université, avocats, ingénieurs, financiers, etc. Tout ceci contribue à une amélioration progressive de la gouvernance territoriale et à une affirmation plus accentuée de l’ambition de développement local”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.