Aliou Cissé, désigné Homme de l’année 2017 par laviesenegalaise.com, Pourquoi ?

Aliou Cissé est le premier sénégalais en tant que joueur et entraîneur à se qualifier à une coupe du monde. L’histoire retiendra son nom, votre portail laviesenegalaise.com veut être en phase de l’époque contemporaine, Aliou Cissé est devenu aujourd’hui, le premier sénégalais à se qualifier à une coupe du monde en tant que joueur (2002), il était le capitaine de Lions à l’époque et entraîneur (2017). Le natif de Ziguinchor a des statistiques positives avec les lions, jamais il n’a perdu de match officiel avec ses poulains.

Lors des qualifications de la CAN 2017 l’entraîneur Aliou Cissé a réalisé un parcours sans faute avec 6 victoires en 6 matches et lors de la CAN, le Sénégal n’a été battu par le Cameroun qu’aux tirs au but. Pour ce qui est des éliminatoires du mondial 2018, l’équipe du Sénégal a été invaincue.
Malgré son palmarès, le coach Cissé reste humble.
Après la qualification pour la Coupe du monde 2018, le sélectionneur du Sénégal, Aliou Cissé, rappelle que le groupe reste dans l’humilité et que “le travail continue”.

« Alhamdoulilah ! » C’est par ce mot que le sélectionneur du Sénégal avait entamé son message posté sur sa page facebook alors. C’était au lendemain de la qualification au Mondial 2018. Cissé adressé via ce poste un “Grand merci à tous les Sénégalais qui nous ont portés et soutenus (…).

Je remercie les autorités fédérales et étatiques qui ont mobilisé tout ce qui peut l’être pour en arriver à ce résultat. Ce n’est pas une fin en soi d’aller à la Coupe du monde certes mais c’est un bon motif de satisfaction et de fierté.” “Je félicite les garçons qui ont montré qu’ils ont du caractère et (qu’ils) ne se trompent pas d’objectif. Ils ont toujours prouvé qu’ils en voulaient plus que tout le monde”, déclare-t-il. Le patron de la Tanière dit n’avoir “jamais douté de la valeur de notre équipe encore moins de la qualification”. “Ce qui ne nous empêche pas de rester humbles et de garder les pieds sur terre”, rappelle-t-il.

Le ticket pour Russie-2018 en poche, Aliou Cissé souligne que “le travail continue en perspective d’autres échéances”. “Une étape est bouclée avec succès et le Sénégal décroche son ticket pour la prochaine Coupe du monde en Russie. Bravo à tous! Mais le travail est loin d’être fini. (…) Il nous reste le dernier match de groupe à disputer mardi chez nous. Nous y allons avec sérénité et professionnalisme. Nous restons dans l’humilité et le respect absolu de l’adversaire car en football, il faut savoir rester gentleman.

Ce n’est pas parce que nous sommes déjà qualifiés qu’il faut mettre le pied dans le plat. Nous recevrons les Sud-Africains dans la plus grande sportivité et nous jouerons ce match avec la même détermination”, disait-il. L’ancien capitaine de la sélection martèle qu”’avec le même engagement et la même détermination, ils peuvent espérer mieux et continuer d’offrir aux Sénégalais les raisons d’être fiers de leur équipe nationale”.“Avec la FSF, le gouvernement, tout le staff technique, médical, l’intendance et les joueurs, nous nous battrons de toutes nos forces pour rendre au Peuple la joie des grands jours”, promet-il.

Lors des préparatifs de la CAN 2019, Aliou Cissé estimait que l’équipe doit progresser. Ainsi, en si peut de temps, il a encadré et formé ses poulains aux jeux collectif. Il l’a réussi car c’est cela qui a valu la qualification des Lions du Sénégal au Mondiale 2018, prévue en Russie.
Dans un entretien avec « Vox Populi », après sa qualification au Mondial 2018 en Russie, Cissé faisait savoir que sa vie se résumait en cette règle de trois : «J’échoue, je me relève, je continue».
«Les critiques font partie du travail. Je pardonne et demande pardon à tout le monde. Tout ce qui nous importe aujourd’hui, c’est de faire avancer notre pays dans tous les domaines. Je suis satisfait, mais pas soulagé. J’ai une ligne directrice, un fil conducteur et je m’ouvre à mon staff et aux techniciens sur le plan national et international. Le football est ainsi, il y a des hauts et des bas. Je réussis, parfois j’échoue, mais je me relève et je continue.

«2002»-«2018» : Pas de comparaison possible

«Il n’y a pas de comparaison à faire. J’étais le capitaine en 2002, mais je pense que c’est une autre mentalité, un autre background. Les garçons d’aujourd’hui ont d’autres qualités que nous n’avions pas. Ce sont deux générations complètement différentes. Ils jouent un football différent. Ils ont envie d’écrire leur histoire. En 2002, ils ont écrit leur histoire : quart de finalistes de la Coupe du monde, finalistes de la Can, ça s’est arrêté là. Maintenant cette génération des Kouyaté, Moussa Konaté, Sadio Mané, Baldé ont envie d’écrire leur histoire qui n’a absolument rien à avoir avec la Génération de 2002. Ce n’est pas en réalité une concurrence. Au contraire, celle de 2002, ce sont des garçons qui sont proches de cette génération-là. Je peux citer Lamine Diatta, Ferdinand Coly, Tony Sylva, Oumar Diallo, Souleymane Camara, Henry Camara et d’autres. Ce sont des garçons qui m’ont toujours encouragé et je leur dédie la qualification.

«Mon plus grand bonheur»

«Faire une deuxième Coupe du monde c’est bien pour le pays. Je le vis en tant que joueur et sélectionneur, c’est de grands moments pour moi. Je reste un jeune entraîneur et je n’ai rien gagné. La qualification est très importante. Mon plus grand bonheur sera de ramener cette équipe encore loin et de gagner un trophée pour notre pays. Par moments, je pensais que les gens étaient amnésiques, mais il y a un travail important que nous sommes en train de faire- 17 matches officiels sur 18 sans défaite, dont 7 à l’extérieur. Ces résultats parlent pour nous. Quand j’ai pris cette équipe, je savais qu’elle pouvait aller loin. C’est ce mélange des JO de 2012, des générations de Bata Mongomo.

Clin d’œil aux prédécesseurs

«Je profite pour dédier cette qualification à tous les entraîneurs, qu’ils soient africains ou européens : Lamine Ndiaye, Amara Traoré, Alain Giresse, Joseph Koto. Je pense qu’ils ont laissé un bon travail. C’est important aussi de les associer à cette qualification.»
L’ancien joueur du PSG a toujours à l’esprit une “forte pensée pour tous les sportifs sénégalais qui nous ont quittés”. “Pour ne pas les citer tous, il a souvent cité Père Bouba Diakhao, Demba Sall Niang, Bruno Metsu, Jules Bocandé, Baba Touré etc”.

“Vive le Sénégal!!!!

Biographie

Aliou Cissé, né le 24 mars 1976 à Ziguinchor (Sénégal), est un footballeur international Sénégalais évoluant aux postes de défenseur et milieu de terrain avant de devenir entraineur. Il est l’actuel sélectionneur de l’équipe du Sénégal1 depuis le 4 mars 2015.
Il est le capitaine de l’équipe du Sénégal qui atteint les quarts de finale du Coupe du monde 2002.

Aliou Cissé fait partie du groupe du PSG vice-champion de France en 1999-2000 ayant participé à la Ligue des champions 2000-2001. Il dispute quatre rencontres dans cette compétition. En manque de temps de jeu, il signe à Montpellier la saison suivante.

De 2002 à 2006, il évolue ensuite dans le Championnat d’Angleterre.

Sous contrat avec le CS Sedan Ardennes de 2006 à 2008, il décide de rejoindre un promu en Ligue 2, Nîmes, pour la saison 2008-2009. Il s’engage ainsi le 1er septembre 2008 avec le Nîmes Olympique, mais n’est pas reconduit à la fin de la saison.

En janvier 2012, l’ancien capitaine de l’équipe nationale de football, Aliou Cissé va retrouver la tanière. Après une carrière internationale, l’ex-joueur du PSG est promu au poste d’adjoint de Karim Séga Diouf, entraineur de l’équipe nationale olympique. Il était le sélectionneur de l’équipe nationale du Sénégal des moins de 20 ans lors des jeux de la francophonie 2013.

Le 4 mars 2015, la Fédération sénégalaise de football (FSF) le nomme au poste de sélectionneur de l’équipe nationale A succédant au français Alain Giresse.
Aliou Cissé est donc le premier sénégalais en tant que joueur et entraîneur à se qualifier à une coupe du monde.

Voila autant de qualités de l’homme qui ont amené votre portail laviesenegalaise.com à l’unanimité à désigner le coach Aliou Cissé comme étant l’homme qui a marqué ses pairs tout au long de l’année 2017.

Bien mérité n’est-ce pas ?

 

         La Rédaction – laviesenegalaise.com

 164 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.