Accident de Sikilo : un à deux ans de prison requis contre les propriétaires des deux bus

Le parquet près le Tribunal de grande instance (TGI) de Kaolack (centre) a requis mercredi deux ans de prison, dont un an ferme, et un an de prison, dont six mois ferme, à l’encontre respectivement de Moussa Sow et Birame Tine, les propriétaires des deux bus de transport en commun de voyageurs impliqués dans l’accident survenu le 8 janvier dernier à Sikilo, dans la région de Kaffrine, a constaté l’APS.

Les mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt les jours ayant suivi cet accident lors duquel deux bus sont entrés en collision, faisant 42 morts et une centaine de blessés.

Ils sont poursuivis pour mise en danger de la vie d’autrui, abandon d’un véhicule à un tiers non titulaire du permis de conduire de catégorie D, requis pour la conduite d’un bus de transport.

Moussa Sow est également jugé pour défaut d’assurance et Birane Tine pour défectuosité des pneumatiques.

Le drame s’était produit à la suite de l’éclatement d’un pneu d’un des deux bus qui sont entrés en collision.

Le chauffeur avait alors perdu le contrôle de son véhicule qui avait « heurté frontalement l’autre bus roulant en sens inverse », avait expliqué le procureur de la République près le TGI de Kaolack, Cheikh Dieng, dans une note transmise aux médias.

Dans son réquisitoire, le maître des poursuites est revenu sur le rapport d’expertise sur les pneumatiques qui, selon lui, fait état d’un défaut de parallélisme des roues, dû au fait que les pneus sont usés de l’intérieur.

La direction était également frappée d’une instabilité manifeste, a pointé le rapport qui a aussi relevé l’usure des pneus et un défaut relatif aux dimensions montées.

Sur la base de ce constat, il a indiqué que le véhicule en question ne devrait pas rouler sans que ses pneus ne soient au préalable changés.

C’est la preuve, dit-il, que le véhicule n’était pas apte à transporter autant de passagers et de bagages. Une situation qui a causé la mort de plusieurs dizaines de personnes, sans compter les nombreux blessés.

Maître Bamba Cissé, avocat de la défense, a plaidé pour la requalification des faits en homicide involontaire.


Le tribunal a mis l’affaire en délibéré au 25 janvier prochain.

Le parquet s’est par ailleurs opposé à la demande de mise en liberté provisoire des prévenus formulée par la défense.
Avec APS

Nombre de Vues | 878 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.