Abdou Mbow, as-tu osé?

Passons sous silence les nombreuses remarques sur le ton qui peuvent être faites sur le communiqué hautement acerbe de Abdou Mbow. Passons, par l’occasion, sous silence les fautes d’orthographe. Peut-être ne les a-t-il pas  personnellement faites, ces dernières. Peut-être, le média en ligne qui a relayé son texte a-t-il fait ces fautes. Mais la constante est que ce court texte semble venir des entrailles enflammées de colère du député de l’APR. Sinon, comment expliquer l’utilisation d’expressions telles que « la bave dans la bouche » et « le ridicule dans la saillie… » pour qualifier ceux-là du Congrès de la Renaissance Démocratique qui s’en sont pris au Président Macky Sall, à sa légitimé en tant que médiateur au Mali ? Normal, en fin de compte : il faut se laver à grandes eaux et cracher son venin sur ses adversaires : c’est bien caractéristique de la politique sous nos tropiques. D’arrogance a parlé Abdou, pour qualifier l’autre Abdoul de l’ACT, anciennement Premier Ministre de Macky, Mamadou Lamine Diallo, un collègue député, et compagnie. Et, c’est à croire que c’était arrogance contre arrogance. On s’en convainc facilement en lisant le communiqué en question. Afin, on peut ne pas y voir cela : tout n’est que question d’appréciation.

Ce qui cependant est clair jusqu’à ne pas faire intervenir l’appréciation (subjective) c’est ce passage terrible où Abdou Mbow dit ceci : « Ce groupuscule de nihilistes sans foi ni loi, souhaite voir le Mali à feu et à sang au motif que ses dirigeants sont faibles. Il voudrait faire de la guerre civile dans un pays déjà profondément   meurtri, une voie de salut. » Allons, quand même ! Il ne l’a pas dit, il n’a pas dit ce qu’on a entendu en filigrane ! Non, il n’a certainement pas prêté au CRD le souhait de voir le Mali s’embraser et aller vers la guerre civile. Abdou Mbow, as-tu osé ? Monsieur le député, avez-vous osé ? Mais, qui sait ! Peut-être connais-tu, connaissez-vous, le secret de leur cœur ! Sûrement, y a-t-il perçu quelque once de diablerie, cette envie d’embraser un pays frère, envie que les autres, par défaut de clarté dans le regard, ne sauraient voir ! Encore, faudrait-il lire en filigrane pour entendre ce qu’a voulu dire l’honorable député Mbow ? Certainement pas, puisqu’il ne s’en cache pas. Il l’a dit, il leur a prêté l’intention : selon lui, le CRD « souhaite voir le Mali à feu et à sang »

Mais, le  Mali ne semble pas être l’objectif ici, sa défense non plus, sa stabilité encore moins. A chaque texte son prétexte : par-delà la crise malienne, c’est la bataille politique sénégalaise qui est le soubassement réel de ce texte. Pour ainsi dire : on n’éteint pas le feu malien avec des pamphlets sénégalais. On chicotte des adversaires sénégalais par contextualisation de ses dires dans l’affaire du Mali. « En termes clairs, poursuit Mbow, ces politiciens dépassés et promoteurs du pouvoir par voie non démocratique et sans perspective de progrès social, économique et politique, affichent leur volonté de voir un jour notre pays sombrer dans les ténèbres et les horreurs d’un conflit fratricide. » En termes clairs, paraphrasons le texte de référence, la rhétorique du détour utilisé par Abdou Mbow prend sève au Sénégal, s’enracine et se propage à partir du Mali, pour espérer des impacts dans son pays d’origine. C’est politique, dira-t-on ! Mais, politique et attaque ad hominem jusqu’à oser lui prêter un tel projet sanguinaire ? Projet d’individus qui voudraient accéder au pouvoir “par voie non démocratique”…

Monsieur le porte-parole adjoint de l’APR, as-tu osé ? Si oui, les preuves d’un tel projet venant du CRD ! A défaut, tu auras tenu des propos qui, nous semble-t-il, ne doivent pas être passés sous silence !

 

 

 

MOUSSA SECK – laviesenegalaise.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.