Ageroute_Seneweb_1000x250px

12e édition des Matinales Géopolitiques du CEDS : Mankeur Ndiaye vante les mérites de la diplomatie sénégalaise

« Le Sénégal, membre du Conseil de sécurité des Nations Unies : enjeux et perspectives » a été le thème de la 12ème édition des Matinales Géopolitiques du CEDS (Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques) de Dakar. La cérémonie s’est déroulée ce mercredi. Occasion pour le ministre des Affaires Etrangères, Mankeur Ndiaye, de revenir sur la place accordée au Sénégal au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU en tant que membre non permanent, mais aussi de consolider le plaidoyer sur « l’espoir africain » que porte notre pays.

Le Sénégal serait en constance dans ses relations internationales, avec une diplomatie équilibrée et, du mieux, juste, selon le ministre des Affaires Etrangères, qui présidait la cérémonie de la 12ème édition des Matinales Géopolitiques du CEDS. Mankeur Ndiaye s’est largement épanché sur le conseil de Sécurité des Nations Unies dont le Sénégal est désormais membre non permanent. Une tâche titanesque si l’on se fie aux propos du ministre qui laisse entendre que c’est toute l’Afrique que notre pays doit représenter. Cela dit, son siège au sein du conseil « est un mandat africain puisque le pays prévoit de prendre en compte toutes les préoccupations africaines : crises, trafics de drogue, de cigarette, terrorisme etc. ». « Notre pays se veut porte-parole de la sous-région africaine », ajoute Mankeur Ndiaye.

Ces préoccupations concernent plusieurs domaines, à savoir la Francophonie (avec la prise en compte de la langue dans les opérations de maintien de la paix) et l’organisation pour la Conférence Islamique (OCI). A cet effet, un large plaidoyer est prévu sur la question palestinienne, avec la mise en place d’un comité qui va promouvoir la question au niveau du conseil.
Les défis sont vraisemblablement immenses pour le Sénégal, qui, insiste le chef de la Diplomatie, est attendu sur la résolution de plusieurs questions pressantes.

Autres aspects qui semblent tenir à cœur M. Ndiaye, ce sont les femmes, les jeunes et surtout la question de l’eau. Cette dernière est en train, sans qu’on ne s’en rende compte, de créer des tensions internationales. De plus, au niveau internes, le liquide précieux pose déjà d’énormes difficultés, du fait des impacts du changement climatique. C’est en prévision d’une « situation de catastrophe » que Mankeur Ndiaye a annoncé le développement d’un concept appelé Hydrodiplomatie que le Sénégal va défendre au niveau du Conseil de Sécurité pour la prise en charge ferme de la question de l’eau en Afrique.

Nombre de Vues | 518 Fois |

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.