HomeActualitéViolence à Grand Yoff : la caravane de Youssou Ndour dispersée par des pro-Khalifa Sall

Violence à Grand Yoff : la caravane de Youssou Ndour dispersée par des pro-Khalifa Sall


application_laviesenegalaise_com, LVS OK,

La caravane de Benno bokk yaakaar n’a pas pu atteindre son point de chute hier. Des jeunes proKhalifa Sall ont attaqué Youssou Ndour, Mame Mbaye Niang et Cie à coups de pierres et d’armes blanches. Il y a eu des blessés et des arrestations.

Le Pont de l’Emergence a été le théâtre de la violence électorale hier entre le camp de Benno bokk yaakaar (Bby) et celui de Manko taxawu senegaal (Mts). Des militants de ces deux coalitions ont plutôt passé un chaud crépuscule dans le populeux quartier de Grand Yoff où ils se sont croisés. Il était 18 heures passées quand la caravane de la coalition présidentielle, dirigée par le ministre conseiller Youssou Ndour, Mame Mbaye Niang, Cheikh Bakhoum et autres, est arrivée à Grand Yoff, fief du maire Khalifa Sall.la caravane de Youssou Ndour dispersée par des pro-Khalifa Sall

Cette étape n’a pas été du goût des militants de la tête de liste de Mts. Mais tout a commencé dès l’entrée de la caravane de Youssou Ndour et Cie à Cité Millionnaire. Une horde de gens, qualifiés de «nervis de Khalifa Sall» et surgissant de l’intérieur de Grand Yoff, a alors balancé une pluie de pierres sur le convoi de Bby qui se dirigeait vers la station de Patte d’Oie, obligeant You et Cie à changer d’itinéraire pour déboucher sur la rue du collège Hyacinthe Thiandoum, puis à se disperser à hauteur du Pont de l’Emergence.

Un instant de peur et d’affolement. Et ce fut le sauve-qui-peut lorsque jaillissent des coupe-coupe et autres armes blanches. Si les véhicules de Mame Mbaye Niang et Youssou Ndour et autres responsables politiques ont continué sur le Pont de l’Emergence pour prendre la direction de l’aéroport, la foule qui les accompagnait s’est tout simplement dispersée. Bilan : des voitures endommagées, des jeunes et des femmes blessés et évacués à l’hôpital et des arrestations.

Des malfaiteurs s’en mêlent Et comme dans pareilles situations, les malfaiteurs en ont profité pour agresser et déposséder de leurs biens les pauvres citoyens dont certains étaient de simples passants qui étaient au mauvais moment au mauvais endroit. Même la presse n’a pas été épargnée par les assaillants.

Les leaders en profitent pour accompagner Youssou Ndour à l’aéroport où, informe-t-on, «il doit prendre un vol». Mais ce ne serait que partie remise, si l’on en croit le candidat à la députation investi sur la liste de Bby. «Le ministre de la Jeunesse va revenir. Il accompagne son collègue Youssou Ndour qui doit aller à l’aéroport parce qu’il doit voyager. Il reviendra et on va continuer la caravane parce qu’il reste deux autres étapes à faire», a promis Papis Montang Sonko, par ailleurs coordonnateur de la Cojer à Dakar. La caravane était déjà passée par les quartiers Arafat, Léona et Cité Millionnaire où elle a été bloquée, provoquant des embouteillages.

Il restait l’étape de Djiddah, le fief même du maire Khalifa Sall et Khar Yalla qui abrite le plus grand centre de vote. «On constate que la peur est dans le camp de nos adversaires, notamment le camp du maire Khalifa Sall. Puisque la population leur a tourné le dos, ils s’attaquent à d’honnêtes citoyens. On a démarré notre caravane, on va la terminer et si jamais on les retrouve sur notre chemin…», prévient-il. Cheikh Bakhoum annonce une plainte contre les auteurs de ces actes.


Madiop Diop, membre de Mts Grand Yoff «Ils nous ont attaqués et les populations ont réagi» «Ils sont venus avant la campagne saccager la permanence du Parti socialiste à Grand Yoff. Il y a Youssou Ndour, Amadou Ba et Mame Mbaye Niang. Ils nous ont attaqués et les populations ont réagi. Ils n’ont pas le droit d’enfermer Khalifa et ensuite venir à Grand Yoff pour faire du n’importe quoi. C’est anormal. Ce sera la guerre.» Source Rfm


LeQuotidien

Commentez cet article

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Partager l'articleShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Violences à Grand-Y
Matam : Bby contre B