HomeÀ la uneRetour au pays : La diaspora sénégalaise investit dans le domaine de l’agriculture

Retour au pays : La diaspora sénégalaise investit dans le domaine de l’agriculture

La Diaspora investit dans le domaine de l'agriculture

application_laviesenegalaise_com, LVS OK,

Dans un pays où il y a 37 milliards de m3 d’eau par année et 4 millions d’hectares de terres cultivables, l’engagement dans le secteur agricole est une réalité. La diaspora ne compte pas rester en retrait et veut s’approprier des possibilités offertes par l’agriculture.

Les Sénégalais de l’étranger, arrivés à un certain niveau de leur carrière professionnelle en France,privilégient le retour aux racines et aux origines en investissant symboliquement dans le domaine agricole. Les parcours d’Assa Cissé et d’Ismaïla Ndiaye sont représentatifs de ce mouvement.

Assa Cissé : Du cabinet d’avocats à Paris aux champs de KédougouAssa Cissé - Du cabinet d’avocats à Paris aux champs de Kédougou
Avocate de formation, diplômée en droit international et en économique, Assa Cissé a travaillé dans le secteur de la Banque avant d’intégrer un cabinet d’avocats où elle accompagnait des investisseurs au Moyen-Orient et en Afrique de l’Est. Une carrière riche qu’elle compte mettre entre parenthèses pour s’investir dans la production de poivre et d’ail au Sénégal.

« J’ai toujours poussé ma famille à aller vers l’agriculture. Et comme chez nous, les gens ne croient pas tant qu’ils n’ont pas de preuve évidente, j’ai décidé de m’engager personnellement dans dans ce secteur pour montrer l’exemple », sourit malicieusement Assa Cissé. Déterminée et sûre de ce qu’elle veut, la jeune sénégalaise a surpris son monde et son entourage.

Devenir productrice de poivre
« Pour beaucoup, la réussite c’est l’Europe alors qu’on peut réussir au Sénégal. Aujourd’hui, le Sénégal importe tout son poivre. Ce qui coûte extrêmement cher. J’ai proposé à mes cousins d’investir, avec moi, dans ce secteur. Nous allons démarrer sur une superficie de 2 hectares et nous allons voir ce que cela va donner. Mais je sais que cela va marcher », s’enthousiasme Assa Cissé. La sénégalaise qui vit en France depuis plusieurs années a mis dans le projet toutes ses économies. « Nous avons démarré nos activités au mois d’octobre dans la région de Kédougou », informe-t-elle. Ayant la suite dans les idées, elle avait acheté les semences. Une opération qui n’a pas été sans difficultés. « Nous faisons venir les semences de Madagascar jusqu’en France puis la marchandise a été être acheminée vers le Sénégal. C’est très difficile comme trajet. La grande difficulté est donc la logistique ». Elle n’a pas eu d’autres choix que d’utiliser ce trajet de contournement puisque son ambition d’acheter des semences en Côte d’Ivoire a été nettement refroidie par la possibilité de payer des frais douaniers « à l’entrée et à la sortie de chaque frontière » entre la Cote d’Ivoire et le Sénégal. « Nous sommes normalement dans le marché commun de la CEDEAO mais dans les faits, ce n’est pas le cas, s’insurge-t-elle. Il y a des procédures qui ont été introduites par des avocats nigérians pour dénoncer ces injustices, des Etats ont été condamnés mais ils ne changent pas leurs règles. Je connais la procédure pour introduire une action au sein de la CEDEAO, je me réserve le droit de la faire. Ces entraves m’ont obligé d’acheter de la semence à Madagascar alors que la Côte d’Ivoire est toute proche. J’ai fait l’acquisition de cinq sacs de 25 kilos ». En 2016, la jeune femme avait vertement interpellé Jean-Pierre Senghor, le coordonnateur national du Programme des Domaines agricoles communautaires (Prodac) de l’époque, sur sa situation et l’accompagnement qu’elle pourrait bénéficier. « Il m’avait dit que commencer par 100 hectares fait peur. C’est ce que je souhaitais à l’origine. Il m’avait conseillé de débuter l’activité avec 20 hectares. C’est ce qui fait que nous ayons privilégié les 2 hectares ».

L’importance de l’accompagnement
Lors de la mise en place de son entreprise, Assa Cissé s’est rendue compte qu’il faut connaître la réglementation pour accéder au marché sénégalais. Elle prend exemple sur son expérience à Dubaï. « Les choses y sont claires car il y a des zones franches. Quand une personne veut créer un projet, elle ne fait que poser ses valises. Je sais que les présidents Wade et Sall ont repris ce concept. En sachant comment ça marche et quelles sont les difficultés, je vais faire la même chose au Sénégal ». C’est pour cela qu’elle a créé l’Institut africain des droits et procédure au Sénégal qui projette d’accompagner les entrepreneurs sénégalais et de la sous-région. En voyageant, Assa Cissé avoue s’être rendue compte que l’agriculture est le secteur où il faut investir. Cependant, il y a plusieurs choses à améliorer. « En Afrique de l’Est, c’est comme à Dubaï. Vous allez au ministère du commerce et toutes les informations sont à disposition.

Au Sénégal, certaines questions, toutes simples, n’aboutissent pas aux réponses les plus simples. Par exemple, en termes d’exemption fiscale, si vous importez des semences, vous n’êtes pas obligé de payer les droits de douane car le Sénégal veut promouvoir les entrepreneurs agricoles.
Normalement l’importation de semence est soumise à des exonérations. Au Sénégal, il y a des règles mais les gens ne le savent pas toujours. ».

Ismaël Ndiaye : L’ingénieur parisien devenu agriculteur à Saint-Louis Ismaël Ndiaye - L’ingénieur parisien devenu agriculteur à Saint-Louis

Sénégalais vivant en France depuis plus d’une quinzaine d’années où il exerçait le métier d’ingénieur télécom, Ismaël Ndiaye s’est posé de multiples questions sur l’opportunité de rentrer au Sénégal à partir de 2009. Trois ans plus tard, il a fini par décider de s’investir dans le domaine agricole.

Comment expliquer qu’un ingénieur télécom avec de fortes responsabilités dans une grande entreprise internationale prend la décision de tout laisser tomber pour l’agriculture ? « La routine ! », répond simplement Ismaël Ndiaye, avec un sourire en coin. Mais encore… « J’en avais marre de métro, boulot, dodo même si j’avais une belle situation en France ». Le quadra sénégalais pensait d’une part, pouvoir apporter quelque chose au Sénégal mais il avait aussi « envie de retrouver (s)es racines ». Pour cela l’agriculture fut le meilleur moyen. « En se lançant dans le secteur agricole, l’idée était de trouver un domaine rentable. Cela fait partie de la réflexion quand on décide de rentrer ». Dans sa réflexion de changer de braquet professionnel, Ismaël Ndiaye n’oublie pas ses vieux reflexes liés à sa formation. « Ainsi, j’ai eu une approche d’ingénieur en me documentant, en m’informant sur le domaine agricole. A partir de là, j’ai décidé de retourner dans le village de mes ancêtres qui est à côté de Saint-Louis, à quelques kilomètres de l’Université Gaston Berger ».

Retour aux sources
Un retour et une installation qui se sont faits de manière progressive. « J’ai demandé au village tout entier de m’appuyer pour disposer de l’acquisition des terres. Il y a eu quelques petites réticences mais finalement tout s’est bien passé. J’ai pu avoir 50 hectares. Par chance, ce sont les terres où mes grands-parents faisaient la culture ».

Les conditions acquises, Ismaël se lance dans le grand bain de sa nouvelle aventure en prenant le soin de passer par une phase test. « J’ai aménagé 5 hectares sur fonds propres. J’ai importé du matériel d’Italie pour l’aménagement et le ravalement des champs. Par la suite, j’ai lancé la phase de test à partir de fin 2013. La récolte a eu lieu en début 2014. Je cultivais du piment, des aubergines africaines et des pastèques. Cela s’est très bien passé. J’ai eu confirmation que les terres étaient arables et qu’elles étaient opportunes à l’agriculture que je souhaitais faire ». Seul grand bémol, il n’avait pas bien anticipé la phase de stockage. Pour expliquer son erreur, le néo exploitant agricole confesse n’avoir « aucune structure venant d’une quelconque organisation ou organisme pour (l)’accompagner ». Les conséquences sur l’économie locale sont directes : sa récolte abonde le marché local. « J’étais obligé de vendre puisque je n’avais pas de structures de stockage. Notre récolte de piment avait « inondé » et saturé le marché local de Saint-Louis. Ce qui avait fait baisser les prix ».

Exemple pour la diaspora
Beaucoup de Sénégalais de l’étranger souhaitent s’investir dans le domaine agricole. A ceux-là, Ismaël Ndiaye fait un retour d’expérience. « Pour le montage de la société, je suis passé par l’Apix et j’ai dû bénéficier du CDI, le code des investissements. Ce qui m’a permis d’importer du matériel avec des frais de douane nuls. Cependant, au niveau de la phase de test, je n’ai malheureusement pas eu d’accompagnement ». Le désormais exploitant agricole confesse qu’il a eu beaucoup de beaux discours mais les actes ne suivent pas toujours. « Je ne suis pas seul dans le cas d’avoir commencer ma phase de test sans être accompagné ». Toutefois, Ismael Ndiaye se dit capable « d’employer l’ensemble des personnes de (s)on village natal et ceux des villages environnants, entre 200 à 300 personnes dans la première phase ».

Le jeune homme est conscient qu’il faut croire en l’agriculture mais aussi aux risques pris : « On n’a pas de garantie pour récupérer l’argent mis au démarrage du projet, consent-il. Je déconseille à tout le monde d’aller vers cette aventure avec des fonds personnels, ce qui a été mon cas ». En effet, pour financer son exploitation, il a mis ses fonds propres à hauteur de 150 000 euros, l’équivalent de 100 millions de francs CFA entre 2009 et 2016. « Ce sont les économies du fruit de mon travail quand j’étais ingénieur en France entre 1999 à 2009 ».

La phase industrielle
D’autant plus que pour passer à une approche industrielle, il faut des financements. « Elle ne se fait pas qu’avec des économies. Il s’agit de gros financement. J’attends un partenaire, privé ou public, qui soit capable d’apporter au moins une partie des fonds nécessaires pour le démarrage industriel de l’activité ». En attendant, la phase de test lui a permis de régler les charges comme le paiement des journaliers (50 personnes employées par jour pour la récolte du piment, par exemple). « Ce que j’ai gagné dans cette phase de test, environ 15 millions de F CFA, a été redistribué aux villageois employés ».

C’est avec circonspection qu’il regarde les solutions proposées au sein des Domaines agricoles communautaires. « J’attends de voir parce qu’il me semble que le Prodac ne finance pas de projets. Je pense qu’il serait bien d’avoir une forme de connexion avec des initiatives privées. L’objectif est la création d’emplois, des initiatives comme la mienne y participe grandement ». On ne peut que lui donner raison.

Par Moussa DIOP

– lesoleil.sn

Commentez cet article

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Partager l'articleShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
L’édition 2017 de
Doing Business 2018