HomeÀ la uneManifestation des jeunes contre le Président : Fatick fatiguée du chômage

Manifestation des jeunes contre le Président : Fatick fatiguée du chômage


Hier encore comme en février 2013, des jeunes de Fatick sont descendus dans la rue pour réclamer des emplois au Président Macky Sall. Avec des barricades, ces  frondeurs ont bloqué la circulation au niveau de Route nationale N°1 pendant 40 longues mn, au grand dam des usagers de cette route.

Ce n’est plus vraiment le temps où des jeunes Fatickois, en soutien à Macky Sall alors tombé en disgrâce durant le régime du Président Abdoulaye Wade, érigeaient des barricades au niveau du  pont enjambant le bras de mer le Sine sur la Route nationale N°1. En revanche, hier à partir de 11 heures, c’est un groupe d’une vingtaine de jeunes, se réclamant pourtant du président de la République, qui a remis ça pour, cette fois-ci, réclamer des emplois à leur mentor. À l’aide de pierres, de pneus et d’un tronc d’arbre auxquels ils ont mis le feu, ces protestataires ont créé un grand brasier sur la chaussée. Ce qui a  bloqué la circulation pendant quelque 40 mn à cet endroit très stratégique, situé à la sortie de la cité de Mame Mindiss en allant vers Kaolack. «Nous avons accompagné le Président Macky Sall depuis 2009 mais nous avons constaté qu’il n’a rien fait pour les jeunes de Fatick et  nous voulons que cela cesse», s’étrangle de rage le porte parole du jour, Mara Faye. Lequel d’embrayer : «Aucun jeune de Fatick n’a été choisi pour siéger au Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). Pire, les dossiers que nous déposons au niveau de la Fonction publique sont purement et simplement retirés pour on ne sait quelles raisons», dénonce-t-il. À la question de savoir si l’acte qu’ils viennent de poser ne pourrait pas être interprété comme un chantage, ces demandeurs d’emplois répondent en chœur par la négative. «Ce n’est pas du chantage parce que depuis 2009,  nous sommes restés à l’écoute de Macky Sall sans rien réclamer. Mais notre patience a des limites.  Il a déclaré à travers la presse qu’à chaque fois qu’il a fait appel aux Fatickois, ces derniers se sont mobilisés à ses côtés comme un seul homme. Maintenant, c’est nous qui avons besoin de lui, donc il doit faire quelque chose pour nous», a martelé Mara Faye, rouge de colère.
Il faut tout de même rappeler que ce n’est pas la première fois que des jeunes Fatickois manifestent leur colère pour réclamer des emplois, depuis que Macky Sall a accédé à la magistrature suprême. En effet, le samedi 09 février 2013,  alors qu’ils étaient venus prendre part à la journée de lancement des activités de la Convergence des cadres républicains (Ccr) du département de Fatick au niveau du Centre départemental d’assistance et de formation des femmes (Cdaf), Mbagnick Ndiaye, Abdou Latif Coulibaly et Thierno Alassane Sall, respectivement ministre des Sports, de la Promotion de la bonne gouvernance, des Infrastructures et des transports aériens à l’époque, entre autres, avaient essuyé des jets de pierres de la part de jeunes apéristes qui réclamaient leur part de la victoire de 2012. Quelques jours après cet incident, le président de la République, en route pour Koung-Koung sérère dans le département de Kaolack pour procéder au lancement de la campagne nationale de vaccination du cheptel, avait fait une escale de quelques minutes aux portes de Fatick pour s’entretenir avec ces frondeurs.  «Je  comprends votre détresse, je comprends votre message et j’ai été très surpris lorsque j’ai entendu ce qui s’est passé la dernière fois, mais très vite, j’ai compris que votre cri de détresse est une sorte de rappel… et comme vous vous êtes excusés, c’est pardonné et je pense que nous nous comprenons», leur avait-il servi. Peut-être que ces jeunes, qui ont manifesté leur courroux hier, pourront eux aussi bénéficier de cette même mansuétude de la part du chef de l’Etat.


LeQuotidien

Commentez cet article

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Partager l'articleShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
3e édition de la zi
Programme Train expr