application_laviesenegalaise_com, LVS OK,
HomeÀ la uneCaste et Organisation de la société Poular : Aux origines d’une réalité en voie de disparition

Caste et Organisation de la société Poular : Aux origines d’une réalité en voie de disparition

Caste et Organisation de la société Poular : Aux origines d’une réalité en voie de disparition

En replongeant dans l’étymologie des mots en poular désignant les castes on retrouve l’essence même de ce phénomène mal compris. Les castes représentent une division du travail allant du travail manuel en passant par l’enseignement, l’artisanat jusqu’à la sphère du pouvoir. Le pouvoir était délégué à certaines familles. Ces familles royales respectaient les gouvernés mais il est arrivé un moment où ce respect disparait et une forme d’aliénation prenait racine, Passant d’une organisation à une ségrégation sociale.

Rappelons quelques noms de castes dans l’ethnie Halpoular.

TOORODO(NOBLE) MAABO (POTIER, TISSERANT) CUBBALLO(PECHEURS) SAKKE(CORDONNIER) LABBO (CHARPENTIER, MENUISER) BAYLO(FORGERONS) JAAWANDO (Conseillers du Roi) GAWLO (griot) CEDDO (Soldats) MACCUDO (Captifs/esclave)

Toute personne qui a étudié cette culture sait que les BAYLO(FORGERONS) ont dirigé le Fouta Toro. Ceci est très simple à comprendre. Les forgerons avaient la connaissance des métaux. Le chasseur, le charpentier, le cultivateur, les soldats, les rois avaient besoin de métaux dans leur travail. DABA, HILAIRES, HOUE, LANCES étaient tous composés en partie de métaux, le fer principalement. Les BAYLO contrôlaient alors l’économie, et qui contrôle l’économie a surement le pouvoir réel.

En Poular le mot BAYLO vient de WAYLOUDE (changer, modifier, métamorphoser). Ils tiennent leur nom du fait qu’ils transforment le fer qu’ils reçoivent en une forme qu’ils veulent. On les appellera alors textuellement les transformateurs. On entend souvent l’expression peule «JONNDEMA WONAA JONNDE BAYLO» soit en référence à leur talent ou au trône.

LABBO (LAOBE)

LABBO vient de LABAADE (choisir). Ici on parle des charpentiers et les charpentiers travaillent le bois. Et le bois c’est un arbre mort. Ainsi quand les LAOBE entrent dans la forêt ils connaissent le bon arbre à CHOISIR pour faire un bon pilon, un bon mortier ou une bonne pirogue. Ils ont donc la capacité de CHOISIR le bois qu’ils vont par la suite travailler.

GAWLO (griots)

Le mot vient d’AWLAADE (remuer jusqu’à la profondeur). Puisqu’ils sont capables de remonter loin dans l’arbre généalogique on les appelle ainsi GAWLO.

MAABO

MAABO vient de MAABAADE (dessiner les contours, modeler les contours). Ceci est exactement ce que fait le potier avec l’argile qu’il modèle.

SAKKE (Cordonnier)

SAKKE vient de SAKKUDE (mettre en dessous). Et quand un cordonnier travail. Il utilise une peau (LARAL) pour y poser la chaussure.

TOROODO (NOBLE)

Toroodo viendrait de TORAADE déformé (GNAAGAADE, demander, implorer) et selon une autre variante TURAADE (s’incliner en référence aux positions durant la prière). Nous savons tous qu’avant le dixième siècle notre société était animiste. Quand l’islam est apparu, comme toute nouvelle chose, beaucoup s’en méfient. Au début puisque ceux qui se sont convertis à l’islam était étranger à la société, il faudrait alors trouver un nom qui distingue les convertis et les animistes qui étaient nombreux. Ainsi, en regardant les nouveaux convertis faire leur cinq prières quotidiennes et lever les mains au ciel pour demander. CEUX QUI DEMANDENT A DIEU CINQ FOIS PAR JOUR.

CUBBALLO (PECHEURS)

Quand on péchait dans le temps, on utilisait des sortes de lance et attendre que l’eau se calme pour ensuite piquer dans l’eau atteindre les poissons. Lorsque l’on frappe l’eau avec la lance, on entend le bruit CUB (THIOUB) et on tire sa lance vers soi (BALLO, ramener prendre).

CEDDO (SOLDATS)

CEDDO vient de SEEBDE (SEEBDE CUUSAL) (Avoir un grand courage) Ce sont des gens qui ont un grand courage à défendre les populations jusqu’au prix de leur vie. Y a-t-il plus grand courage pour l’homme que d’accepter son sort de mortel.

MACCUDO (captif/esclave)

En réalité l’origine du nom d’esclave est simplement un prisonnier de guerre, ou lors des razzias qui étaient fréquents. NB : L’objectif de ce reportage sur les castes est de pousser à ceux qui liront ce texte de réfléchir profondément sur ce phénomène qui fragment notre société; Empêchant mariage, amitié et relations entre êtres humains.

SADA KANE – laviesenegalaise.com

Commentez cet article

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Partager l'articleShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Mondial 2018 : Aliou
LE COMMUNIQUE DU CON